Il existe différentes sortes de tests pour dépister les allergies.

- Les tests par patch.

- Les pricks tests.

- Les prises de sang.

- L'éviction.

 

Les tests par patch

Ce sont des tests cutanés. Il s'agit d'appliquer 2 patchs sur la peau de la personne suspectée d'allergie, un avec l'allergène en question, l'autre est appelé "témoin" car il ne contient que la colle nécessaire à sa mise à place. De manière générale, on laisse ces patchs 48h en place, et on lit le résultat 24h après. On peut faire la lecture soi-même, mais il est préférable de laisser le soin de l'interprétation à un médecin.

En pharmacie, on trouve en vente libre ces tests pour les PLV. Il est possible de tester d'autres allergènes par ce même moyen, un allergologue est tout à fait capable de faire des patchs "maison", pour les oeufs, le gluten, ou tout autre élément suspecté, alimentaire ou non.

Les pricks tests

Ils consistent à placer sur la peau, qui est ensuite griffée, un extrait d’un aliment spécifique pour observer les réactions de démangeaisons et de gonflements.

Beaucoup d'allergologues préfèrent utiliser des extraits d'aliments frais : ceci est valable pour l'œuf, le lait de vache, la moutarde, les poissons. Deux méthodologies existent : « Prick classique » où l'on dépose une goutte d'extrait sur la peau puis on pique à travers, ou « Prick to Prick » où l'on pique l'aliment puis on pique la peau.

Les prises de sang

Avec une prise de sang, on peut aller voir dans le sang, le taux d'Immunoglobulines E (ou IgE). Le médecin choisira de dépister les IgE globales ou spécifiques de chaque allergènes suspectés.

Il sera important de garder à l'esprit que le taux d'IgE mesuré n'est pas forcément proportionnel aux symptômes observés. Il n'est pas rare en effet d'observé des taux haut d'IgE alors que le patient ne se savait pas allergique, voire n'a pas de symptôme, et des taux bas, voire en dessous du seuil allergique alors que le patient est vraiment gêné par la consommation d'un aliment.

Dans tous les cas, quelque soit le test employé, et quelque soit le résultat, il convient avant tout de s'intéresser à la clinique du patient.

Malheureusement, aucun ne ces tests n'est fiable à 100%, surtout chez le jeune enfant dont le système immunitaire n'est pas stable.
Les patchs ont une fiabilité autour de 60%, beaucoup d'allergologues considèrent que les prick test sont fiables autour de 5 ans, et pour la prise de sang, ça serait autour de 6 ans. Cependant il est tout à fait possible de tester un nourrisson, et ce dès la naissance. Il n'y a pas d'âge pour prendre rendez-vous chez un spécialiste, même si nombre d'entre eux préfèrent tester les "grands".

L'éviction

Il s'agit d'éliminer de son alimentation l'allergène suspecté. L'éviction doit être plus ou moins longue selon l'aliment que l'on veut testé (par exemple pour les PLV, il faut le faire au minimum un mois.)
S'il s'agit du seul traitement en cas d'allergie reconnu, c'est aussi le seul test fiable à 100%, mais il convient toutefois de bien se renseigner sur la marche à suivre et de se faire conseiller afin de ne pas provoquer de carences, ou risquer d'introduire des nouveaux aliments qui pourraient engendrer une allergie croisée.

Nombre de mamans ont dû avoir recours à l'éviction pour être prise au sérieux par le corps médical. Ne vous lancez pas dans une éviction seule! Faites vous conseillez par un professionnel ou par d'autres mamans faisant le même régime.

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Allergie_alimentaire#Patch_test
http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/635-bilan-allergique-tests-cutanes#les-patch-tests
Mes pérégrinations sur internet, et mes discussions avec les médecins consultés.