09 février 2014

Les tests

Il existe différentes sortes de tests pour dépister les allergies.

- Les tests par patch.

- Les pricks tests.

- Les prises de sang.

- L'éviction.

 

Les tests par patch

Ce sont des tests cutanés. Il s'agit d'appliquer 2 patchs sur la peau de la personne suspectée d'allergie, un avec l'allergène en question, l'autre est appelé "témoin" car il ne contient que la colle nécessaire à sa mise à place. De manière générale, on laisse ces patchs 48h en place, et on lit le résultat 24h après. On peut faire la lecture soi-même, mais il est préférable de laisser le soin de l'interprétation à un médecin.

En pharmacie, on trouve en vente libre ces tests pour les PLV. Il est possible de tester d'autres allergènes par ce même moyen, un allergologue est tout à fait capable de faire des patchs "maison", pour les oeufs, le gluten, ou tout autre élément suspecté, alimentaire ou non.

Les pricks tests

Ils consistent à placer sur la peau, qui est ensuite griffée, un extrait d’un aliment spécifique pour observer les réactions de démangeaisons et de gonflements.

Beaucoup d'allergologues préfèrent utiliser des extraits d'aliments frais : ceci est valable pour l'œuf, le lait de vache, la moutarde, les poissons. Deux méthodologies existent : « Prick classique » où l'on dépose une goutte d'extrait sur la peau puis on pique à travers, ou « Prick to Prick » où l'on pique l'aliment puis on pique la peau.

Les prises de sang

Avec une prise de sang, on peut aller voir dans le sang, le taux d'Immunoglobulines E (ou IgE). Le médecin choisira de dépister les IgE globales ou spécifiques de chaque allergènes suspectés.

Il sera important de garder à l'esprit que le taux d'IgE mesuré n'est pas forcément proportionnel aux symptômes observés. Il n'est pas rare en effet d'observé des taux haut d'IgE alors que le patient ne se savait pas allergique, voire n'a pas de symptôme, et des taux bas, voire en dessous du seuil allergique alors que le patient est vraiment gêné par la consommation d'un aliment.

Dans tous les cas, quelque soit le test employé, et quelque soit le résultat, il convient avant tout de s'intéresser à la clinique du patient.

Malheureusement, aucun ne ces tests n'est fiable à 100%, surtout chez le jeune enfant dont le système immunitaire n'est pas stable.
Les patchs ont une fiabilité autour de 60%, beaucoup d'allergologues considèrent que les prick test sont fiables autour de 5 ans, et pour la prise de sang, ça serait autour de 6 ans. Cependant il est tout à fait possible de tester un nourrisson, et ce dès la naissance. Il n'y a pas d'âge pour prendre rendez-vous chez un spécialiste, même si nombre d'entre eux préfèrent tester les "grands".

L'éviction

Il s'agit d'éliminer de son alimentation l'allergène suspecté. L'éviction doit être plus ou moins longue selon l'aliment que l'on veut testé (par exemple pour les PLV, il faut le faire au minimum un mois.)
S'il s'agit du seul traitement en cas d'allergie reconnu, c'est aussi le seul test fiable à 100%, mais il convient toutefois de bien se renseigner sur la marche à suivre et de se faire conseiller afin de ne pas provoquer de carences, ou risquer d'introduire des nouveaux aliments qui pourraient engendrer une allergie croisée.

Nombre de mamans ont dû avoir recours à l'éviction pour être prise au sérieux par le corps médical. Ne vous lancez pas dans une éviction seule! Faites vous conseillez par un professionnel ou par d'autres mamans faisant le même régime.

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Allergie_alimentaire#Patch_test
http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/635-bilan-allergique-tests-cutanes#les-patch-tests
Mes pérégrinations sur internet, et mes discussions avec les médecins consultés.

 

Posté par punkie à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 février 2014

Le régime sans Protéines de Lait de Vache

Guide de survie pour l'éviction des PLV de l'alimentation.

Pour les mamans qui ont un doute sur un intolérance où une allergie aux protéines de lait de vache (PLV) et qui se posent des questions sur le régime à suivre,
Depuis 28 mois que je fais le régime, j'ai créé un document récapitulatif des choses à savoir et à faire dans le cadre du régime sans P.L.V, qu’Élodie est venu étoffé au fil du temps et que nous mettons à jour.
Je vous le partage.
VirGinie

La 1ère chose à faire c'est de regarder les étiquettes des produits qu'on a à la maison.
Des PLV (Protéines de lait de vache) il y en a malheureusement partout...
Les protéines de lait de vache sont dissimulées dans pas mal de mots barbares comme :
- Albumine
- Beurre
- Crème
- Caséïne
- Caramel
- Caséïnate
- Lactalbumine
- Lactoglobuline
- Fromage
- Poudre de lait
- Lactose
- Globuline
- Babeurre
- Lactoserum
- Yaourt
 -Graisse butyrique
- Protéines animales

Il faut aussi, dans un 1er temps ne plus consommer des produits à base de lait de :
- vache
- chèvre
- brebis
- jument
- Éviter les produits où il y a marqué "traces de lait, soja" ou "fabriquer dans une usine qui utilise du lait, soja"

Le lait de vache peut également se trouver sous l’appellation :
- galactose,
- lactosérum,
- ferments lactiques, E270 (acide lactique),
- E325 (lactate de sodium),
- E326 (lactate de potassium),
- E327 (lactate de calcium)
Pour ces derniers (les E), il semblerait que ça concerne plus le lactose que les PLV, mais rappelons que le lactose est contaminé par les PLV, il y a dons des traces de PLV dans le lactose.

Faire le régime sur 1 mois minimum !
C'est important :

Car il faut environ 4 à 6 semaines pour que les protéines de lait de vache disparaissent de l'organisme, du bébé et de la maman, donc ne pas perdre espoir si rien ne change au bout d'une semaine ou 2.
Certaines mamans ont vu une amélioration bien avant 1 mois.

Par expérience pour ma fille et moi, ça a mis 11 jours pour un changement de comportement (moins de pleurs, moins de reflux et de colique), et ça à mis bien 4 semaines pour la disparition du reflux gastro œsophagien (de l’œsophagite) et des coliques et au bout d'1 mois et demi, ma fille s'est mise à faire de vrai siestes dans son lit et à dormir au moins 7 à 8h par nuit.
Chose qu'elle ne faisait pas car de 0 à 4 mois elle ne dormait que dans les bras ou au sein pendant la journée, et en tout 4h sur 24h.

Les aliments interdits sont :
- tous les desserts à base de lait : entremets, flan, crème, glace, yaourt, petit suisse
- fromage blanc
- tous les fromages (dans un 1er temps)
- tous les laits (de chèvre, vache, brebis, jument )
- ainsi que lait et yaourt au soja (dans un 1er temps aussi car il existe des allergies croisées avec le soja)
- le bœuf, génisse, veau (en cas d'allergie à la sérumalbumine bovine associée)
- jambon blanc 1er choix ou standard : jambon reconstitué avec lactose
- le pain de mie, les biscottes où il y a du lait
- farines lactées biscuitées
- pâtisseries du commerce (les pâtissiers mettent beurre crème et lait dans leur gâteau, il vaut mieux se les faire soit même, en remplaçant le lait par du lait d'avoine ou amande, le beurre par des préparations à base de noisette ou de l'huile tout simplement)
- brioches, pain au lait, pain au chocolat
- biscuits contenant du lait
- purée du commerce, potages industriels (encore une fois, se les faire soi-même)
- chocolat au lait et blanc, caramel
- poudres chocolatées (Il existe le VanHouten 100% cacao qui est top)
- Les margarines, exceptées celles 100% végétales et sans soja (dans un premier temps)(Comme Fruit d'or sans lactose, boite bleue qui est aussi sans protéines de lait de vache)
- crème
- beurre
- mayonnaise du commerce

Possible à manger :
- viandes : agneau, porc, jambon blanc (à la coupe uniquement), volaille
- pain ordinaire et baguette (attention, demander confirmation à votre boulanger qu'il n'y ait pas de produits laitiers ni de traces, cela peut arriver)
- chocolat noir 100% cacao à croquer ou à cuire (attention aux traces de lait)
- VanHouten 100% cacao
- bonbons acidulés (les Haribot font souvent sans protéine de lait)
- huile d’olive, de tournesol ou de maïs (ou toute autre huile végétale)
- margarine Vitaquelle (garantie sans protéines de lait - en magasins diététiques)
- Margarine Fruit d'or sans lactose (vérifier le soja)
- Tous les légumes (attention aux conserves de légumes toute prête, exemple certaines conserves de Ratatouille contiennent des PLV)
- Tous les fruits
- Pomme de terre
- Riz et Pâtes (attention au traces de lait et soja)
- Semoule (attention traces de lait et soja)
- Compotes de fruit
- Pour remplacer la crème fraiche, on peut utiliser des crèmes d'avoine ou d'amande ou noisette ou de riz, trouvable en magasion bio ou dans certains rayon bio des grandes surfaces.
N.B : (Privilégié lait de riz ou crème de riz, car le lait d'amande peut être aussi un allergène pour bébé et fausser le régime sans PLV)

Pour les Gâteaux :
- En général je les fais maison, avec du lait d'avoine ou d'amande ou de riz ou de noisette
- Il y a pas mal de recette fort sympa sur internet sans beurre/sans lait
- Je fais des crêpes au lait d'amande par exemple (ma fille n'est pas allergique au lait d'amande), des gâteaux au chocolat avec le Van Houten
- Depuis un moment je fais des mi-cuit ou des sortes de brownie avec le chocolat : Noir Dessert d'Alter Eco
- Sinon il y a des boudoirs dans le commerce : Bonne Maman
- Des céréales aussi (pour le déjeuner par exemple) : Kellogg's par exemple ou il n'y a pas de trace de lait.
- Les Country Crips Chocolat noir de Jordans qui sont sans lait aussi
- Pour remplacer les yaourts, en magasin bio on trouve de crèmes à base de lait de riz/ avoine/ amande
- Compote de fruit

Quand on passe en éviction "test" parce qu'on suspecte une allergie aux protéines du lait de vache et que l'on arrête donc de consommer tous les aliments que nous venons de citer, il est important pendant le premier mois de ne rien introduire de nouveau comme aliment, afin de ne pas fausser l'éviction. Et oui, imaginez, vous arrêter de consommer du lait de vache, mais introduisez le lait d'amande par exemple, votre bébé souffre toujours, et vous vous dites que ça ne vient pas donc pas des PLV, sauf que bien plus tard vous découvrez qu'il est allergique aux PLV ET à l'amande...

Attention aux produits de beauté et cosmétiques pour enfants, les PLV peuvent s'y glisser aussi.
Avant d’utiliser une crème pour adoucir la peau de votre enfant, avant de vous en mettre sur les mains pour lutter contre le vilain froid qui règne dehors, et avant de recouvrir vos lèvres de cette sublime couleur achetée hier, vérifiez la composition de ces produits.

Pour les cosmétiques, ne pas acheter quand la liste des ingrédients contient:
- Cream
- lac
- lactis proteinum
- milk
- yogurt
- casein caseinate
- lactis serum proteinum
- glycoprote ins
- lactalbumin
- lactoglobulin
- lactoferrin
- colostrum
- lactose
- hydrolyzed milk protein
- hydrolyzed protein

ATTENTION /i\
* Bien se renseigner sur la façon dont le boulanger travaille, parfois les boulangers peuvent utiliser la pâte à croissant non utilisée la veille comme levain pour le pain du jour.
Donc la baguette basique pourrait contenir des P.L.V
Si votre enfant réagit au pain de boulangerie, vous pouvez acheter du pain précuit en supermarché, où vous pouvez lire les étiquettes...

- Bien se renseigner aussi pour les fromages de vache et brebis, quand il vous sera possible d'en manger. Il faut faire gaffe, un producteur m'a dit qu'ils coupaient souvent les fromages avec du lait de vache, car il suffit qu'il y est 30 ou 40% de brebis ou chèvre dans le fromage pour qu'il y est l’appellation "100% brebis ou chèvre". Il faut faire être prudent et bien allez directement chez le producteur !

- Attention aussi aux médicaments, le lactose étant souvent utilisé comme excipient.
Les granules homéopathiques par exemple sont à bannir chez les bébés APLV très sensibles.
Elles contiennent 15% de lactose, qui lui peut être contaminé par des traces de PLV. (Il existe des versions liquides d'homéopathie à demander en pharmacie sans PLV)
- Attention à la Pilule (toutes contiennent du lactose, parlez en à votre gynécologue pour trouver un autre moyen de contraception)

- Attention aussi pour Les probiotiques (contient souvent lait, lactose)

- Bien vérifier toutes les notices de chaque médicament.
Attention au doliprane adulte 500 mg qui contient du lactose, le générique n'en contient pas en revanche.
L'antibiotique Orelox contient du lactose aussi.

Après c'est comme tout, faut regarder les étiquettes, sans beurre, sans lait, sans caramel, sans chocolat au lait...
Chaque élément qui va dans la bouche de la mère allaitante et celle de bébé doit être contrôlé, aliment, comme médicament.
De même, quand vous aurez trouver un produit qui vous convient, vérifiez l'étiquette à chaque achat, les industriels pouvant être amenés à changer les compositions et où d'atelier sans qu'une motion spéciale ne soit présente sur l'emballage.

Petit rappel : IMPORTANT A SAVOIR :
- Quelque soit l'allergène pour lequel vous ou votre enfant êtes en éviction, quand vous achetez un produit, s'il est fait mention sur l'emballage de " traces", alors il ne faut PAS l'acheter.
" traces de" = il y en a
Alors que :
" traces éventuelles" = " traces possibles" = "peut contenir" = "fabriqué dans un atelier qui utilise" = il n'y en a pas à moins d'un accident dans l'atelier, le risque de contamination par l'allergène est infime.
Sachant cela, à vous de décider si vous voulez consommer ou non les traces éventuelles/ possibles/ fabriqué dans un atelier qui utilise.

Ma fille est allergique aux protéines de lait de vache, chèvre, brebis et soja (elle fait les allergies croisées).
Donc je ne consomme pas de fromage de chèvre ou brebis, ni de soja depuis Février 2013.

Cependant je mange du veau et du bœuf.
A ce jour, je me permets des produits avec marqués "peut contenir des traces de lait ou de soja", mais pas ceux marqués "contient des traces".
Quand j'essaie un produit, je teste sur 2 ou 3 jours, si pas de réaction, je note le produit et je fais les courses en fonction.
J'ai réappris à cuisiner et finalement toute la famille en profite.

S'il est trop dur pour vous de ne plus avoir de produit laitier tel que le fromage :

Une fois qu'on a bien fait le régime à la lettre, et qu'on a tenu ce régime pendant au moins 4 semaines, on peut essayer d'introduire le soja par exemple, ou la chèvre ou la brebis. Mais 1 aliment à la fois.
Si ça passe, alors à vous les yaourts de chèvre ou de soja. Le Tofu. Ou le fromage de brebis et de chèvre.
Sachez pendant le régime d'éviction que le calcium se trouve partout dans notre alimentation et n'est pas exclusif au lait de vache, bien au contraire.
Il faut savoir qu'il y a des aliments bien plus riche en calcium et bien mieux absorbé lors de la digestion par l'organisme que les produits laitiers.
"A titre d’exemple, alors qu’un verre de lait contient 300 mg de calcium, l’organisme n’en absorbe que 90 mg.
Notre organisme puise donc le calcium qui lui est nécessaire dans de nombreux autres aliments.
Autrement dit, les personnes qui ne consomment pas suffisamment de produits laitiers ont une raison supplémentaire de diversifier leur alimentation !"
Voici un article qui reprend les sources essentielles de calcium dans l'alimentation variée et diversifiée :
Voir l'article du blog (cliquez sur l'image) :

repas_01

L'essentiel à savoir :

 

Petite revue des aliments les plus riches en calcium :
Lait de vache : 113 mg / 100 g
Algue wakamé : 1300 mg / 100 g
Parmesan : 1.200 mg / 100 g
Sardines en boîte : 400 mg / 100 g
Tofu : 350 mg / 100 g
Lait de chèvre : 325 mg / 100 g
Persil : 250 mg / 100 g
Amandes : 250 mg / 100 g
Epinards : 168 mg / 100 g
Cresson : 210 mg / 100 g
Chèvre sec : 200 mg / 100 g
Farine de soja : 154 mg / 100 g
Chocolat : 105 mg / 100 g
Brocolis : 76 mg / 100 g
Haricots blancs cuits : 60 mg / 100 g
Viandes et poissons : 10 à 40 mg / 100 g
Figues sèches : 64 mg / 100 g
Haricots verts : 60 mg / 100 g
Orange : 52 mg / 100 g

Eaux
Hépar : 555 mg / l
Courmayeur : 553 mg / l
Contrex : 550 mg / l
Vittel
Badois

En pratique, buvez beaucoup d’eau.
Certaines eaux minérales sont très riches en calcium.

Ensuite, pensez à consommer régulièrement :
- Du poisson : sardines en boîte ou fraîches, du merlu, des anchois, du hareng, maquereau…
- Des féculents : comme des pois cassés, haricot rouge
- Des légumes : chou, persil, cresson, épinards, blettes, fenouil, brocolis, salsifis, choux rouge, artichauts
- Des fruit : orange, clémentine, kiwi, pomme, poire...
- Des fruits secs
- Des graines de sésame

Quels sont les apports nutritionnels recommandés en calcium ?
Enfants : 800 mg / jour
Adolescents : 1.200 mg / jour
Adultes : 800 mg à 1000 mg / jour
Seniors : 1.200 mg / jour
Femmes enceintes : 1.000 à 1.200 mg / jour

La vitamine D, l’alliée indispensable du calcium
Consommer du calcium n’est pas suffisant.
Il est aussi nécessaire d’apporter à l’organisme de la vitamine D, une vitamine qui contribue à la bonne absorption intestinale du calcium et à la minéralisation des os.
Une partie de celle-ci est fabriquée par l’organisme, au niveau de la peau lorsque nous nous exposons quotidiennement au soleil.
Une autre partie est apportée par l’alimentation : jaune d’œuf, beurre, saumon, huile de poisson…  

Attention, l’alcool, le tabac, le sel et l’excès de protéines animales ont un effet négatif sur la vitamine D et réduisent ainsi l’absorption du calcium.
On retiendra qu’à défaut de lait et de produits laitiers, une alimentation très variée s’impose pour avoir son quota de calcium.
Le calcium est un pré-requis pour notre squelette, mais l’activité physique, à tout âge, est aussi indispensable pour maintenir nos os en bonne santé et les renforcer.

------------------------------------

Bon à savoir :

Lien direct vers les recettes du Blog (cliquez sur l'image) :

Fourné cookies1Allergieetrgo

 

N'hésitez pas à venir nous retrouver sur le groupe Facebook

Allergies et Intolérances Alimentaires.

Pour cela cliquez sur le logo facebook Rejoins-nous et envois un message à Elodie Guerin qui se charge des adhésions au groupe.

Nous sommes plus de 2000 dans cette communauté où l'entraide est de rigueur.

Vous trouvez des recettes, partages de bon plans, des photos d'aliments ou de produits "sans".

rejoignez nous

-----------------------------------

Mise à jour le 27/05/2015
Vir Ginie et Élodie (les admins)

Posté par allergie et rgo à 20:34 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags :

La Leche League (LLL)

La Leche League est une association pour le soutien à l'allaitement maternel

La Leche League France est une association loi 1901 reconnue d'intérêt général.
Sous ce nom à consonnance étrangère (Leche se prononce létché et signifie le lait en espagnol, et League se prononce ligue, littéralement la Ligue du lait), il y a une association bien française.

Le site : LLL France


Elle existe en France depuis 1979, et connaît depuis sa création un développement continu :

- 359 animatrices fin 2012, 140 stagiaires en formation,
- une présence dans toutes les régions françaises avec près de 190 antennes locales réparties sur tout le territoire.

LLL France est reconnue d’intérêt général depuis 2000.
Cela signifie que les dons dont le montant est supérieur à 15 € donnent droit à une déduction fiscale.

Les revenus de l'association sont ceux des cotisations, des dons, des bénéfices des ventes de leurs produits et, éventuellement, de subventions locales pour des projets bien précis d'aide aux mères.

LLL France est co-fondatrice de la CoFAM (Coordination Française pour l'Allaitement Maternel) et membre du comité d’attribution du label « Hôpital Ami des Bébés ».

Ses groupes participent à l’organisation de la Semaine Mondiale de l'Allaitement Maternel.
La Leche League France propose également des formations aux professionnels de santé : AM-F (Allaitement Maternel-Formation), et organise des conférences internationales comme la JIA (Journée Internationale de l'Allaitement).

Des publications françaises sur l’allaitement ont vu le jour : "les Dossiers de l’Allaitement", et bien sûr "Allaiter aujourd’hui".

LLL France est membre de l’International Baby-Food Action Network (IBFAN), réseau international des groupes d'action pour l'alimentation infantile qui, partout dans le monde, œuvrent pour diminuer la mortalité et la morbidité infantiles.

LLL France est également représentée à la World Alliance for Breastfeeding Action (WABA).

Des animatrices de LLL France ont fait partie du groupe de travail de l'ANAES (Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé) qui a publié en mai 2002 un rapport et des recommandations pour la pratique de l'allaitement maternel : "Mise en œuvre et poursuite de l'allaitement dans les 6 premiers mois de vie de l'enfant".

LLL France continue de collaborer avec l'HAS (qui a remplacé l'ANAES) au côté d'autres associations et professionnels de santé pour tous les projets autour de l'allaitement, notamment dans le cadre du PNNS (Plan National Nutrition Santé).
Selon le sondage réalisé par l’Institut des mamans à la demande de LLL France, plus d’une mère sur deux connaît La Leche League France. 3 femmes sur 4 ayant contacté l’association considèrent que LLL France apporte « une aide précieuse pour réussir à allaiter ».

Leurs valeurs   

Nombreuses sont les façons d’allaiter et d'apprivoiser cette nouvelle relation qui débute avec l'arrivée d'un nouvel enfant. Chaleureuse, généreuse, intime et universelle à la fois…, difficile parfois.

Nous apprenons un peu plus de chaque allaitement. Chaque bébé est différent, et pourtant, nous sommes souvent confrontées aux mêmes interrogations, aux mêmes doutes, et à nos propres certitudes.

Respecter et accompagner tous les allaitements sans les juger, donner confiance et transmettre des informations adaptées à chaque situation : pour y parvenir, la leache league a rassemblé en 10 concepts ce qui lui semble le plus représentatif des comportements ou des attitudes à encourager.

Ils résument la philosophie de base de LLLI, telle que décrite dans L’Art de l'Allaitement Maternel (ils ont été révisés en février 1998) :


- Le maternage par l'allaitement est le moyen le plus naturel et le plus efficace pour comprendre et satisfaire les besoins du bébé.
- La mère et son bébé ont besoin d'être ensemble tôt et souvent afin d'établir des liens affectifs satisfaisants et une sécrétion lactée adéquate.
- Pendant ses premières années, le bébé a un besoin intense de la présence de sa mère. Celui-ci est aussi fondamental que son besoin de nourriture.
- Le lait maternel est l'aliment par excellence du nourrisson.
- Pour le bébé né à terme et en bonne santé, le lait maternel est la seule nourriture nécessaire jusqu'à ce qu'il manifeste, par certains signes, le besoin d'aliments solides, en général vers le milieu de sa première année.
- Idéalement, la relation d'allaitement se poursuivra jusqu'à ce que le bébé n'en ait plus besoin.
-La participation consciente et active de la mère pendant son accouchement favorise un bon démarrage de l'allaitement, en consolidant le couple mère-enfant.
- Le soutien affectueux, la présence et l’aide du père du bébé favorisent l’allaitement et le lien  mère-enfant. La relation unique que le père construit avec son bébé est un élément important du développement de l’enfant, et ceci dès les premiers jours.
- Une bonne alimentation signifie un régime varié et bien équilibré, composé d'aliments servis dans un état aussi proche que possible de leur état naturel.
 - Dès la petite enfance, les enfants ont besoin d'être guidés avec amour, ce qui implique la compréhension de leurs capacités et de leur sensibilité propre.

Leur objectif :

LLL a pour objectif d'aider toutes les mères qui le souhaitent à mener à bien leur projet d'allaitement, quel qu'il soit, grâce aux informations et au soutien qu'elle offre par le biais de ses réunions, de son soutien téléphonique et de ses publications. LLL s'engage à soutenir l'allaitement maternel, et le maternage par l'allaitement, composantes essentielles pour le développement du lien mère-enfant.

 


Nous partageons les valeurs de La Leache League en tant que femmes et en tant que mamans. Nous nous ne donnons pas le droit de juger une maman qui allaite ou pas, longtemps ou pas. Ils nous a semblé important et nécessaire de parler de La Leache League dans un blog qui traitera, entre autres sujets, de l'allaitement.

Ici, vous trouverez soutien et conseils que vous allaitiez ou non.

 

 

 

 

Posté par allergie et rgo à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Reflux Gastro Oesophagien

Le R.G.O*

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) se définit par le passage intermittent ou permanent d'une partie du contenu acide de l'estomac dans l'œsophage. Cette remontée du liquide gastrique est un phénomène physiologique normal mais on parle souvent de RGO pour désigner le reflux gastro-œsophagien pathologique, c'est-à-dire avec des symptômes pouvant provoquer des lésions de l'œsophage. Le RGO est, en effet, une maladie chronique bénigne mais qui expose à des complications parfois sévères comme une inflammation de l'œsophage (œsophagite).

RGO du nourrisson : et si c'était une allergie au lait de vache ?
Face à un bébé qui souffre de reflux gastro oesophagien (RGO), les parents sont souvent démunis et prêts à tout pour faire cesser les éventuelles douleurs de leur bout d'choux. Or si la piste de l'intolérance ou de l'allergie aux protéines de lait de vache est à étudier en cas de RGO, c'est avant tout avec précaution. Voici quelques conseils...
Si tous les bébés qui souffrent de RGO ne sont pas allergiques ou intolérants aux protéines de lait de vache (PLV), il est pourtant intéressant de se poser la question.


Le RGO, pas si rare chez les nouveau-nés


S'il est normal qu'un bébé régurgite du lait après une tétée ou un biberon, l'abondance de ces régurgitations et les douleurs associées nécessitent une consultation chez le pédiatre qui peut éventuellement diagnostiquer un reflux gastro-oesophagien.
Ce dernier se manifeste fréquemment avant l'âge de trois mois par des régurgitations (extériorisées ou non) d'une partie du contenu de l'estomac dans l'oesophage.

Lien entre RGO, intolérance et allergie aux protéines du lait de vache


En France on parle plus souvent d'intolérance que de réelle allergie. Or, le reflux gastro-oesophagien et l'intolérance aux protéines du lait (IPLV) constituent les troubles digestifs les plus fréquemment retrouvés chez le nourrisson et ont des signes cliniques communs (vomissements, diarrhées...).
Par ailleurs, l'étude de F Cavataio Milk-induced reflux in infants less than one year of age. J Pediatr Gastroenterol Nutr, 2000; 36: S36 - S44 confirme le lien entre RGO et APLV: sur 204 nourrissons de moins d'un an souffrant de RGO, 85 étaient aussi allergiques aux protéines de lait de vache (41,8 %).

Quelle alimentation pour bébé ?


Les mamans qui allaitent peuvent arrêter leur consommation de PLV et observer le comportement de leur bébé dans les jours qui suivent. La disparition du RGO peut survenir au bout de quelques jours, voire de quelques semaines.
Les autres peuvent donner aux nourrissons des laits infantiles spéciaux, appelés hydrolysats de protéines, où les protéines de lait sont cassées en petits morceaux afin d'être moins allergisantes. Toutefois, ces laits ne peuvent pas suffire, et il faudra alors se tourner vers des laits maternisés, 100% sans PLV,  à base de lait de riz. Si l'enfant n'apprécie pas le goût de ces laits, il est possible de le modifier en y ajoutant par exemple quelques gouttes de fleur d'oranger....

Les symptômes du R.G.O


1- LES SIGNES DIGESTIFS:


- Les régurgitations : elles sont inconstantes et ne sont anormales que si elles sont douloureuses, survenant loin des repas, faites de «lait caillé», ou d'un liquide transparent : le RGO ne doit surtout pas être confondu avec des régurgitations banales du nourrisson : dans le reflux acide, il y a parfois peu ou pas de régurgitations +++
- Les douleurs digestives, il s'agit de signes très fréquents (on parle souvent des «coliques du nourrisson»!) mais ici elles sont très particulières et souvent très intenses.
- L'nfant jamais paisible même après les tétées (et parfois pendant les tétées) , que rien ne calme et avec lequel on ne parvient pas (ou plus) à «communiquer»
- Bébé dont le caractère s'est transformé après 2 à 3 semaines de vie, devenant de plus en plus «grognon», irritable, qui paraît «anxieux».
- Rots douloureux (grimaces, pleurs en rotant), répétés à tout moment même loin des tétées.
- Douleurs qui augmentent au fil de la journée, maximales en fin d'après-midi et en début de nuit.
- Protrusion de la langue (le bébé tire la langue en grimaçant) avec hypersalivation.
- «Intolérance absolue à la position couchée»: le bébé est mieux semi-assis dans son maxi-cosi ou n'est bien qu'à la verticale, dans les bras (ne pas parler de «caprices» chez un bébé!).

2- LES DIFFICULTES ALIMENTAIRES:


- Difficultés pour prendre le repas : impression que l'enfant «tête mal», «ne sait pas téter»
- Repas pris en plusieurs fois (l'enfant a faim mais cesse de téter très rapidement)
- Rythmes et horaires anarchiques ou qui se désorganisent...
- Impression que l'enfant «ravale» entre les repas, qu'il mâchonne (comme s'il mâchait un chewing-gum!), impressions de haut-le-coeur, que «quelque chose remonte».
- Intolérance aux aliments acides s'ils ont été introduits (jus de fruits, compotes)

3- LES DIFFICULTES DE DEFECATION:


- Défécation difficile avec nécessité de «pousser», même si les selles sont molles («pseudo-constipation»)
- Voire constipation véritable avec selles réellement dures!

4- LES SIGNES RESPIRATOIRES:


- Nez «pris» en permanence, rhinite qui fait «ronfler» le bébé et ne cède pas au traitement.
- Rhinopharyngites répétées (dès les 1ères semaines de vies)
- Toux quinteuse, souvent la nuit, qui donne l'impression que l'enfant s'étouffe avec des glaires

5- LES HYPEREXTENSIONS DE LA TETE : à droite et en arrière; voire même un torticolis.


Sources :
- http://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/reflux-gastro-oesophagien-rgo/quest-ce-que-cest
- https://www.facebook.com/groups/Allergiques/requests/?notif_t=group_r2j
- http://www.doctissimo.fr/html/grossesse/bebe/bobos/articles/15180-regurgitations-nourrisson-allergie-lait-vache.htm
- http://forums.famili.fr/famili/Sante/Santebebeenfant/signes-sujet_156385_1.htm

Posté par allergie et rgo à 20:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Les Protéines de Lait de Vache

P.L.V*

Les protéines du lait de vache sont composées à 80 % de caséine.
Les autres protéines du lait sont surtout la lactalbumine et la lactoglobuline.

Ces protéines sont détectables dans le sang.


Dans le cadre d'une allergie suspectée, une prise de sang peut être faite pour découvrir une élévation des protéines du sang, les immunoglobulines caractéristique de l'allergie.

L'Union européenne considère les produits laitiers comme cause possible d'allergie et en a rendu l'étiquetage obligatoire*.
L'allergie au lait empêche souvent la consommation de tout lait animal, aussi bien de vache que de brebis ou de chèvre, car ces allergies sont souvent croisées**.
Tout comme le Soja.

En général, quand nous devons faire un régime d'éviction, ça sera dans un premier temps :


- sans lait de vache
- sans lait de chèvre
- sans lait de brebis
- sans lait de jument
- sans lait d'ânesse
- sans Soja

L’allergie aux protéines du lait de vache (APLV) touche 1 à 3% des nourrissons selon les pays.
Elle représente 8 à 12% des allergies alimentaires du nourrisson.
Elle est la 4ème allergie alimentaire chez l’enfant derrière l’œuf, l’arachide et le poisson ; c’est l’allergie la plus fréquente chez le nourrisson avant l’âge de six mois.
Elle est, avec l’intolérance au lactose, l’une des deux seules affections liées au lait et aux produits laitiers.
Le risque d’avoir une allergie aux protéines du lait de vache est majoré lorsqu’il existe des allergies dans la famille : de 20 à 30% si l’un des parents est allergique et de 40 à 60% si les deux parents sont allergiques, sans qu'il soit nécessaire que cela soit des allergies alimentaires.

Les symptômes de l'allergie aux protéines de lait de vache :


L’allergie aux protéines du lait de vache se manifeste par des symptômes très divers


- digestifs,
- respiratoires,
- cutanés,
- généraux


Ces symptômes surviennent plus ou moins rapidement après l’ingestion de lait selon la nature du mécanisme immunologique en cause.
L’allergie aux protéines du lait de vache peut ainsi se manifester par des réactions immédiates se produisant moins de deux heures après l’ingestion de lait de vache. Ce peut être :
- de l'urticaire,
- des signes digestifs aigus : vomissements, douleurs abdominales, diarrhée avec parfois présence de sang dans les selles.


De façon exceptionnelle, l’allergie aux protéines du lait de vache peut revêtir une forme très sévère :
- le choc anaphylactique qui se manifeste par la survenue brutale dans les minutes suivant la consommation de lait de vache d’un malaise avec pâleur, sueurs, associé à un urticaire, des œdèmes, des signes respiratoires.

L’allergie aux protéines du lait de vache peut également se révéler par des symptômes moins aigus survenant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, après l’introduction du lait de vache dans l’alimentation de l’enfant.


Ce peut être des symptômes digestifs :


- reflux gastro oesophagien,
- douleurs abdominales,
 - coliques,
- ballonnements,
- gaz
- diarrhée,
- présence de sang dans les selles,
- perte de poids.

La possibilité d’une allergie aux protéines du lait de vache est alors évoquée lorsque ces symptômes se prolongent et résistent aux traitements.
Cette forme d’allergie aux protéines du lait de vache peut également se manifester par un eczéma de survenue précoce, qui ne s’améliore pas sous traitement par les corticoïdes en pommade.
La probabilité d’une allergie aux protéines du lait de vache est alors d’autant plus élevée que cet eczéma s’associe à des signes digestifs à type de reflux ou de coliques.

Enfin l’allergie aux protéines du lait de vache peut donner lieu à des symptômes respiratoires mais ceux-ci sont rarement isolés :


- écoulement nasal,
- éternuements,
- asthme associé à des troubles digestifs ou à
- un eczéma.

A noter que l’allergie aux protéines du lait de vache est possible, rare toutefois, chez les enfants allaités au sein car toutes les protéines alimentaires, donc également celles du lait de vache, passent dans le lait maternel.


* Etiquetage obligatoire : Les traces de protéines de lait de vache sont désormais mentionnés sur toutes les étiquettes. La directive européenne de Novembre 2005 précise désormais la liste des aliments qui doivent être notés sur toutes les étiquettes, même s'ils sont présents que sous la forme de traces. Le lait de vache fait partie des allergènes alimentaires devant être notés sur les étiquettes.

** Allergies croisées : Prudence avec les allergies croisées
Une personne allergique aux protéines de lait de vache peut présenter une allergie aux lait de chèvre, de brebis , de jument ou d'ânesse. 90 % des allergènes de lait de vache, chèvre et brebis sont communs. Les allergiques aux protéines de lait de vache présentent également fréquemment des allergies aux soja.
Une allergie croisée à la viande de bœuf est aussi présente chez 13 à 20 % des enfants présentant une allergie aux protéines du lait de vache. La viande de bœuf ne doit donc pas être systématiquement exclue de l’alimentation d’un enfant présentant une APLV, sans avoir fait un test préalable.

Sources :
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Lait_de_vache
- http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/5606-proteines-de-lait-de-vache-dans-quels-aliments
- http://sante.lefigaro.fr/sante/maladie/allergie-proteines-lait/quest-ce-que-lallergie-proteines-lait-vache

Posté par allergie et rgo à 19:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 février 2014

Présentations du Blog

Bonjour à tous !

A l'origine de ce blog : 2 mamans.


Voici les présentations :

Virginie, 27 ans, infirmière et surtout maman d'une petite fille de bientôt 24 mois, encore allaitée et allergique aux protéines de lait de vache (P.L.V*), de chèvre, de brebis et de soja.
A sa naissance, ma fille faisait 4kg100, 53 cm, catalogué de gros bébé, à la maternité on avait peu confiance en mon allaitement. On m'a forcé à donner des compléments de lait artificiel, 3 au total.
Et de là, notre calvaire à commencer.
C'est les mois les plus terribles de ma vie que j'ai vécu avec mon mari.
Je vivais de souffrance et d'amour.
Le bonheur d'avoir ma fille, et la douleur quotidienne de la voir souffrir et de l'entendre pleurer.
Jamais j'ai cru qu'il était possible d'être aussi fatiguée, abattu moralement, touchant du doigt la dépression post partum.
J'ai du me battre, un combat qui me semble long, tellement il a été éprouvant pour moi.
Me battre contre le pédiatre, contre les "on dit", contre la normalité qu'on voulait m'imposer : "Ben oui, un bébé ça pleure beaucoup et ça dort très peu".
Sauf que des bébés, des mamans autour de moi, et de part mon métier, j'en ai vu, j'en ai connu.
Et je n'avais pas remarqué que c'était aussi dur, aussi martyrisant.

Car oui, parfois je l'avoue, j'avais l'impression que mon bébé me martyrisait, le faisait exprès !!
De là nait une culpabilité énorme, que la populace invite en nous, on pense alors être mauvaise mère, trop faible, "pas faite pour ça".
Puis on découvre un jour, que notre persévération, notre amour, notre volonté et notre courage bat tous les préjugés et toutes les souffrances.
Pour résumer : cette allergie donnait comme symptômes à ma fille un gros Reflux Gastro Œsophagien (R.G.O*), traité à l'époque par anti acide et pansement gastrique (presque aucune efficacité), des coliques traitées par probiotiques, des selles vertes et explosives ou de la fausse constipation, des pleurs intenses, des troubles du sommeil (les 4 premiers mois de sa vie, elle devait dormir 4h/24h seulement), elle tétait énormément (jusqu'à 18 fois sur 24h), ne voulait que les bras, pleurait énormément dans : la nacelle, le cosy, le siège auto, le tapis d'éveil, le bain, la table à langer, son lit, notre lit, elle ne supportait pas non plus être dans une écharpe ou un porte bébé, elle aimait être droite dans les bras. C'était insupportable autant moralement et physiquement avec un bébé de plus de 5kg dans les bras.
Je ne mettais déjà pas remise de l'accouchement, entre les suites post op et la fatigue accumulée.
J'avais des crampes énormes, mal de dos, muscles faibles, à ne plus pouvoir bercer ma fille parfois.
Sans le papa et sans ma mère je me dis parfois que je n'aurais jamais tenue.
Grâce à la sensibilisation et au soutien d'autres mamans qui allaitent, et de La Leche League* j'ai pris l'initiative de faire un régime sans P.L.V* stricte sur 1 mois.
Au bout de 11 jours, nous avons vu avec mon mari, une grosse amélioration de la santé de notre fille.
Moins de pleurs, elle dormait beaucoup plus (8h/24h : 6h la nuit et 2 heures en journée), elle est arrivée à espacer d'elle-même les tétées, entre 8 et 10 tétées /24h, autant vous dire que c'était le miracle pour nous.
Au bout d'1 mois : disparition totale des coliques, de pleurs, des selles "bizarres", plus de fausse constipation et surtout plus de R.G.O*.
Amélioration du sommeil (10h/24h : 8h la nuit et 2 heures en journée).
C'est donc grâce au régime sans protéines de lait de vache, chèvre, brebis et soja que nous avions la piste (et la certitude avec le papa), que ma fille était intolérante ou allergique à ces produits.
A l'époque, le pédiatre ne m'a absolument pas soutenu, et très mal conseillée vis-à-vis de l'allaitement et de l'éviction. Ma fille avait 3 mois et demi quand j'ai commencé le régime.
Puis finalement l'allergie a été confirmée par prise de sang quand elle avait 11 mois, car jusqu'à présent, le pédiatre refusait de me prescrire les analyses ou les patchs.
Cela fait maintenant plus de 20 mois que je fais ce régime (car j'allaite toujours).
Ma fille va très bien, ne souffre plus, n'a plus jamais eu de reflux ou de troubles du sommeil (sauf quand je consomme par erreurs les allergènes)
Dort environ 13 à 14h en moyenne sur 24h, tète entre 4 et 7 fois par jour (tout dépend si je travaille ou non).
Je suis convaincue que par mon témoignage, comme ceux que j'ai recueilli il y a 20 mois, je peux aussi aider des mamans qui rencontrent les mêmes difficultés, la même angoisse, et la même fatigue que j'ai pu ressentir.
J'espère que l'initiative de ce groupe et ce blog fera aussi "des miracles" pour tous ceux qui sont dans le besoin.

Virginie

Elodie, 32 ans, secrétaire médicale (en congé parental), maman d'une grande puce de 7 ans et d'un Bibou de 24 mois, allergique aux Protéines de lait de vache (P.L.V*) et aux oeufs (blanc et jaune), à la tomate, au boeuf, au citron, au soja, à la mangue, au kiwi, à l'ananas, à la noisette, à la cacahuète.
On notera aussi que tout ce qui est avec "acide lactique" ainsi que ce qui contient de la gélatine de boeuf ne passe pas...
Dès le retour de la maternité, j'ai trouvé que mon bébé n'avait pas un comportement dit "normal".
En effet, âgé de 3 semaines, mon fils pouvait rester 5h de suite au sein, sans jamais arrêter de téter, et avait beaucoup de régurgitations, plus ou moins éloignées des tétées (jusqu'à 2h après parfois), des selles quotidiennes explosives, qui débordaient de la couche.De plus, il avait tout le temps le nez pris, enchaînait les otites et bronchites.
Le jour de ses 3 semaines, je l'emmène chez le docteur, le mot R.G.O* est prononcé, sans explication, comme ça, sans conseil, sans consigne. On me renvoie chez moi sans traitement, sans un mot.
Ah si! On me dit tout de même qu'il faudrait espacer les tétées et que quand même s'il vomit c'est probable que ça soit du trop plein vu qu'il tète non stop!
Donc ordre de réduire les tétées et le laisser pleurer...... Ce qui est mal me connaître... Je continue tant bien que mal l'allaitement intensif de mon bébé qui dort peu, quatre fois 20 minutes en journée, à la verticale, à bras, qui pleure beaucoup, tout le temps s'il n'a pas le sein en bouche.
La nuit, c'est en cododo avec le bébé au sein que ça se passe, sinon ce ne sont que des pleurs et des régurgitations.
Je suis toutes les semaines chez le médecin, pour une otite, une bronchite, ces régurgitations qui n'en finissent pas. Toujours pareil, vous lui donnez trop le sein et les autres symptômes sont dus au fait que c'est un "bébé d'hiver"
A 3 mois 1/2, après 48h de pleurs non stop, à peu près 3h de sommeil sur 48, je fonce chez mon médecin.
Le diagnostic de R.G.O* revient et pour le coup, le médecin ne fait pas les choses à moitié cette fois.
Et oui, mon bébé a une œsophagite. Traitement mis en place, anti-acide, et pansement gastrique. Mais alors qu'enfin mon bébé commence à aller un peu mieux, dans le sens où il passe de tétées non stop à toutes les heures, voire toutes les 1h30 (youpi!!), qu'il dort dans son lit (rehaussé), je remarque que si je consomme des produits laitiers, les régurgitations sont beaucoup plus nombreuses et son inconfort augmente.
J'en parle à ma médecin qui me dit que ce n'est pas possible, les P.L.V* ne passent pas dans le lait maternel (grosse erreur!!!).
J'en reste là et continue donc le traitement de mon fils en essayant de consommer le moins de produits laitiers possibles. Mon Bibou grandit, je commence la diversification, et le reflux devient plus fort, plus présent, les douleurs reviennent, les siestes qui pouvait aller jusqu'à 45minutes deviennent inexistantes, je rappelle le médecin, peut-être que le traitement n'est plus assez fort? Non, ce n'est pas possible, je me fais des idées.
Je reparle des produits laitiers, mais non madame, ce n'est PAS possible me dit-il encore, il faut espacer les tétées, il faut le laisser hurler dans son lit pour qu'il dorme, il ne faut pas faire de cododo, tout ce qui se passe est ma faute puisque je lui donne le sein tout le temps...
Pendant que mon bébé lutte plusieurs mois contre ce fichu R.G.O*, je fais des recherches sur internet, je me renseigne, je parle à des mamans de bébés R.G.O*, mêmes symptômes, mêmes galères, on me parle des P.L.V*, j'apprends que SI, SI ça passe dans le lait maternel!!!
Au 8 mois du Bibou, après avoir vu un gatro-entérologue (réduisez les tétées), un ostéopathe (réduisez les tétées, tirez votre lait et épaississez le), 3 généralistes différents (réduisez les tétées), je me décide à aller voir un gastro-pédiatre qui me dit de suite "ah madame, arrêtez de consommer du lait pendant un mois et vous verrez bien"!
Il me conseille bien sur la façon de faire une éviction, j'avais déjà essayé seule, mais je ne l'avais pas fait assez longtemps, et je n'avais pas enlevé toutes les traces de lait. On fera aussi un diallertest* qui reviendra négatif.
En 48h à peine, mon fils n'a plus de R.G.O* !!!!
En une semaine, il fait 2 siestes d'1h30 le matin et l'après midi, et une d'une demi-heure en fin d'après midi.
La nuit, il dort dans son lit!
Certes ce n'est pas encore tout à fait ça, mais tout de même passer d'un bébé à bras non stop à 2h sans l'entendre souffrir, c'est assez énorme à vivre!
En 10 jours, plus de selles explosives!
En un mois, plus d'otite. Reste ces bronchites qui surviennent assez souvent et son petit nez qui coule toujours. 11 mois, Bibou revoit le gastro-pédiatre.
Mauvaise nouvelle, il a perdu du poids. Il pèse 300g de moins que son poids de 2 mois avant!!! Il m'envoie d'urgence voir un allergologue, ce dernier fait des pricks tests*, ils sont tous négatifs.
La peau ne réagissant donc pas, il prescrit une prise de sang pour tester différents composants du lait, ainsi que le jaune et le blanc d’œuf. La pds reviendra négative.
A 15 mois, Bibou n'a pas pris de poids ni de cm depuis 7 mois maintenant.
Je commence à m'inquiéter, mais toute seule, les médecins me disent que ce n'est rien...
Après réflexions et discussions avec Virginie (merci encore ^^), j'en viens à supprimer le soja de mon alimentation. Résultat? + 800g en 3 semaines!! Je réintroduits le soja pour voir: Bibou couvert d'eczéma. Ok, plus de soja donc!
A 16 mois, Bibou ne fait toujours pas ses nuits, mes soirées sont un enfer. Tétées toutes les heures, voire demi-heures de 20h à 1h du mat. Je décide de faire une journal alimentaire parce qu'il y a forcément des choses qui ne passent pas et que je n'arrive pas à voir.
Grâce à ce journal, non seulement mon allergo me prendra enfin au sérieux, mais en plus, j'évincerais la tomate, le citron, la mangue, l'ananas, le kiwi, l'acide lactique et la gélatine de boeuf.

A 19 mois, Bibou ne fait pas MES nuits, mais il fait les siennes! Premier réveil entre 1 et 3h du matin, on passe en cododo après parce que je ne tiens pas éveillée (et aussi que j'aime ça, ce n'est plus une contrainte!!)
Je ne suis pas peu fière d'avoir parcourue tout ce chemin plus ou moins seule.
J'ai eu beaucoup d'aide grâce au groupe facebook, et je suis bien contente de moi aussi de l'avoir créer ^^

[Edit] 


Bibou a 24 mois maintenant, en 5 mois, ce sont ajouté quelques intolérances / allergies de plus.

Pendant ces 5 mois, il n'a plus fait "ses nuits". Cela fait un bon moment que mon Bibou  se réveille toutes les heures, au mieux toutes les 2h.

De plus, il a une belle stagnation staturo pondérale qui s'est installée. 400g de pris en 15 mois, et cassure de la courbe de taille (5 mois sans grandir) Cela a décidé les médecins à bouger, enfin!!!! 
Une première hospitalisation pour faire une prise de sang de ouf (11 tubes!) pour éliminer de possibles carences, et 48h en observation, sûrement pour voir si je n'étais pas une mère stressée et voir aussi si je gérais bien les évictions (pas simple à l hosto, on aura manger que du jambon et du riz pendant 48h!!)
Analyse d'urine et analyse de selles sur 3 jours.
Suite à cela, et comme tous les résultats sont revenus super bons, une fibroscopie a été décidé.
Le chirurgien a observé une paroi intestinale lisse, caractéristique de la maladie coeliaque selon lui. Nous devons attendre les résultats de la biopsie, mais il me demande de passer en éviction de gluten de suite.

J'espère voire le poids de mon fils (ainsi que sa taille) faire un gros bond en avant d'ici peu!

Je suis soulagée, et fière de moi, de m'être battue contre le corps médical qui me disait que non ce n'était pas possible, d'avoir tenu bon, de ne pa avoir fait l'éviction moi même et d'avoir presqu'en main ce diagnostic. Deux ans de lutte acharnée pour arriver à un résultat!!! 
Mon entourage reconnaît enfin que j'avais raison!!

Et cerise sur le gâteau, très certainement que des intolérances / allergies disparaîtront car elles seraient dû à la paroi intestinale abîmée. en se réparant (grâce à l'éviction du gluten donc), les fausses "allergies" devraient disparaître :)

[Edit]

Bibou a 39 mois aujourd'hui.

J'en étais restée à la fibro qui m'avait conduite à faire une éviction de gluten.
Trois semaines après, le gastro-pédiatre de l'hôpital m'appelle et me dit que la biopsie est négative. Ce n'est pas donc la maladie coeliaque, et donc je dois réintroduire le gluten.
Alors que je lui demande mais enfin, alors quid des nuits meilleures? Quid des selles MOULEES! (du jamais vu en 2 ans de vie quand même) Quid du comportement beaucoup plus zen et quid de plus d'insomnie???

La réponse reste la même "madame, la biopsie est négative, donc vous DEVEZ réintroduire le gluten et ne pas priver votre fils pour rien. Je vous recontacterais prochainement pour hospitaliser votre fils une semaine , nous lui donnerons à manger de TOUT, nous quantifierons ce qu'il mange, et nous verrons bien"

Inutile de vous dire que ce coup de téléphone m'a donné un bon coup de massue sur la tête. Au début! 

J'ai pris le temps de la réflexion, j'ai beaucoup discuté avec mon compagnon, j'ai relu mes notes, et j'ai pris la décision que NON je n'étais pas folle et que NON, je ne réintroduirais pas le gluten de suite.

J'ai refusé l'hospitalisation et suis restée 4 mois sans donner de nouvelles aux médecins de mon fils.

Quatre mois à surveiller son poids. Je me limitais (difficilement, il est vrai) à une pesée par semaine. Toujours le même jour, toujours à la même heure. Je me rappelle encore des larmes qui me sont montées aux yeux le jour où son poids à dépasser les 10kg!! (j'en avais même fait une publication facebook tellement c'était exceptionnel et jouissif!)

Quatre mois après, j'ai repris rdv chez le gastro-pédiatre.

Verdict: Bibou avait pris 1kg et 6cm!!!!!!!!!!!!!


Pour rappel, cela faisait 16 mois qu'il n'avait pas pris 1gramme, et 6 mois qu'il n'avait pas pris 1cm!!!

 

Le gastro-pédiatre a eu le culot de me demander ce que je faisais là, que mon fils allait bien, et que je n'avais donc pas besoin de lui. (bah je sais pas, j'attends des excuses, peut-être????)

Je lui ai répondu que j'attendais un certificat médical pour établir un PAI pour l'école ^^

Cela fait donc un peu plus d'un an que nous avons  ajouté le gluten à notre longue liste d'éviction. Bibou grandit, grossit, il a repris sa courbe. Il est toujours allaité et donc je suis aussi toujours son régime d'éviction.

Si j'ai pu réintroduire la tomate, le citron et la cacahuète, j'ai dû virer les flageolets, les petits pois et toute la famille du chou. Mais on ne désespère pas de pouvoir les réintroduire un jour, car il ne s'agit que d'un inconfort digestif.

C'est un petit garçon formidable qui m'aura permis d'apprendre extrêmement de choses mais aussi de découvrir une force que je ne pensais pas avoir en moi.

Merci mon fils !


Élodie

* Toutes les astérisques seront expliquées dans un nouvel article.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nous avons décidé de créer un blog informatif, de soutien, de conseils et d'astuces pour les mamans perdues comme nous l'avons été.
Ceci n'est pas un blog médical, nous ne posons pas de diagnostic, nous ne nous substituons pas aux médecins.
Mais nous voulons partager notre expérience, nos idées, nos connaissances dans ce qui fait notre quotidien : allaitement, reflux gastro œsophagien (R.G.O) et allergies alimentaires (Protéines de lait de vache : P.L.V ; Oeufs, Gluten, ...)
Sur ce blog, vous trouvez des liens d'informations, des recettes ou des liens qui proposent des recettes, des conseils en matière d'allaitement, de R.G.O et d'allergie et des témoignages de mamans passaient par là.
Le Facebook du groupe : https://www.facebook.com/groups/Allergiques/
Où vous pourrez partager vos histoires, votre expériences, vos difficultés, vos interrogations.
Vous y trouverez réponses, conseils et soutien. Mais aussi : des recettes, des fichiers bien conçus ( actuellement 160 fichiers) pour vous aider à faire un régime d'éviction dans le cadre d'une allergie alimentaire, pour la mère qui allaite, ou la maman qui prépare les repas, pour madame ou monsieur. Il n'y a pas d'âge pour l'allergie, ça touche tout le monde et à n'importe quel moment de la vie.
Une page officielle aussi créée pour y mettre toute l'actualité d blog et du groupe Facebook : https://www.facebook.com/allergieetrgo

Posté par punkie à 21:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]