27 février 2014

Témoignage d'Emmanuelle : Allergies PLV, oeufs et poil de chat

Bonjour ! Alors mon histoire !


Je suis la maman de Victor 5 mois aujourd'hui né 5 semaines en avance.
Il a super bien repris son poids à la maternité mais restait une crevette (2.5 kg), il régurgitait beaucoup, toussait beaucoup la nuit, le nez souvent pris..
J'ai passé le premier mois à le guetter, le surveiller, le porter, lui déboucher le nez...

Super inquiète alors que le discours des médecins étaient de me dire que je m'en faisait pour rien, qu'il n'avait pas de R.G.O...qu'il était trop tôt aussi pour parler d'eczéma..bref que j'étais parano
Je mentionne le rapport de cause à effet avec les produits laitiers que j’affectionnais particulièrement, là encore, on m'a renvoyé dans mes buts...
Séances d’ostéopathie même magnétiseurs, je limite les produits laitiers, y a du mieux mais ce n'est pas encore ça...

Contre l'avis du médecin, je prends rdv chez l'allergologue il y a un mois qui me prend en "urgence".
Résultats des test cutanés : allergies au lait de vache et aux chats, il me prescrit une prise de sang.
Malgré notre réticence de faire vivre un moment désagréable à notre bébé , mon mari et moi l'emmenons.
Résultats des courses : allergie au lait de vache, aux blancs d’œufs et à la caséine... Je retiens aussi de tout ça une plus grande confiance en mon instinct et une plus grande méfiance envers les médecins !

Emmanuelle

Posté par allergie et rgo à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Témoignage de Jessica : Allergies PLV, Boeuf, Tomate et Poivron

Alors mon loulou est né en août 2011. Dès la maternité il ne pleure pas mais hurle. Les puéricultrices me disent que c'est normal.
Mais mon benji continue de hurler à tel point que j'en ai eu des acouphènes pendant plusieurs jours.
J'ai allaité mon loulou 6 mois. C'était très difficile car à 3 mois il avait les 2 dents du bas et à 3 mois et demi les 2 du haut. Il me mordait beaucoup et se tortillait en hurlant lors des tétées. Mais j ai tenu bon.

Les mois passent et mon loulou pleure toujours il ne dort pas beaucoup ses nuits se raccourcissent mais comme à chaque visite mensuelle le pédiatre dit que c'est normal qu il est comme ça.
Il est en selles liquides voir molles 5 fois par jour. C'est aussi normal car c'est un bébé.Je m'oriente vers un ostéo qui me dit qui n'a pas pu faire grand chose.

Je me dirige vers un homéopathe qui me dit que mon loulou est trop possessif de moi. Mais rien ne change.

Arrive ses 17 mois ( en janvier 2013) je décide de voir un pédiatre spécialiste du comportement.
J'arrive en retard a ce rdv car mon loulou a eu une selle jusqu'aux pieds.
Lorsque j'arrive le doc me demande pourquoi il a la diarrhée ? Je lui réponds qu'il est comme ça depuis qu'il est né.
Là il me demande son régime alimentaire et suite à ma réponse me dit de supprimer les plv et au passage me conseille d'aller voir un psy parce que je prends mal la chose lol.
On passe donc au modilac riz.
Il y a du mieux au niveau de son comportement mais ses selles dont toujours molles pâteuses.

En mars on voit un pedo allergo. Benji est positif +++ au prick test lait mais négatif à la pds et me dit que mon loulou doit avoir les intestins dans un sale état.

3 semaines plus tard on voit un autre allergo mon loulou est négatif aux prick tests.1 mois plus tard rdv avec un pedo gastro à Nice qui me dit que mon loulou va très bien ( pauvre naze).

Quelques semaines plus tard nouveau rdv allergo à l'hopital de Nice. Mon benji négatif aux prick test et soit disant négatif au diallertest.
Le doc me dit que c'est moi qui ne veut pas donner de lait à mon enfant ( je n ai pas de raison de faire ça car on en consomme tous à la maison) il me dit de réintroduire le beurre dans sa purée.
Ce que je fais en arrivant a la maison. Résultat 2 h après mon loulou est couvert de boutons sur toutes les parties chaudes de son corps ( tour de bouche aisselles genoux ventre bras ...) tout ça pour 1/2 cuillère de beurre et il n'a mange que 4 ou 5 cuillerées de purée !

De la je me retrouve chez mon généraliste qui constate le diallertest et me confirme qu'il est positif et qu il faut absolument arrêter les plv. Ouf merci !

Je commence à craquer je suis fatiguée moralement mentalement.
Il me conseille de voir un autre allergo juste une dernière fois.
Et la j y suis allée armée de mes 43 photos ou mon loulou a eu des réactions au lait.
Enfin je suis écoutée !

Mon benji se retrouve sous antihistaminique matin et soir ( nous sommes en juillet 2013 ) il n'a plus d'eczéma réagit toujours mais moins fort en cas de crise grâce aux antihistaminiques !
J ai oublie de préciser que mon benji est toujours malade rhino angine laryngite otite conjonctivite bronchite asthme ( enfin bébé siffleur) et eczéma.
Nous sommes chez le doc 1 fois par semaine voir parfois 2 ! C est fatiguant !
Mon généraliste me dit d'aller voir un pedo gastro prof à l’hôpital des enfants de Marseille (22 janv 2014 date du rdv) ce doc me dit que mon loulou à d'autres allergies alimentaire mais qu'il fallait les trouver.

A compter du lundi qui suit soit le 27, je mets en place l'éviction au gluten.
Bingo mon loulou est en crotte de bique il va même au pot faire ses cacas. !
Mais un choc pour moi car j'ai commencé par le gluten pour éliminer cette hypothèse de ses allergies.
Dur d'entendre l'allergo vous dire on stop le gluten.
Bref, je mets 2 jours pour m'en remettre et je repars de plus belle pour mon loulou.

L'important c'est qu'il ne se sente pas exclus.
Je dois trouver des solutions des alternatives.
Durant l'éviction au gluten vu ses belles selles, je rajoute un test.
Mon loulou mange de la tomate. Bam un œdème du bassin.
Plus de tomate toutes ses parties génitales ont gonfles et rougis accompagnée de selles molles pâteuses et d'un érythème fessier.
Quelques jours plus tard ses selles sont de nouveau parfaites, je lui donne du poivron ( 2 lamelles) rebelote selles molles pâteuses plus de poivron.

Il y a un an a peu près mon loulou a réagit à l'arnica à cause du lactose et au bœuf.Aujourd’hui mon loulou est en éviction de plv lactose bœuf tomate et poivron.
Ma liste n'est a mon avis pas terminée.
Pour le moment j'attends que ses selles redeviennent crottes de bique car nous avons passés de samedi dernier a mercredi en pédiatrie suite a une grosse gastro.
Il a du mal a s'en remettre niveau selle.

Depuis le 27 janvier j'ai mis en place un carnet où je note tout ce qu'il mange et ce qu'il se passe physiquement (heures de selles texture eczéma érythème fessier ... Si tout est parfait je le note aussi) ça me permet de voir à quoi il réagit.
Maintenant j'ai rdv avec le prof gastro à Marseille en avril pour une biopsie mais aussi avec l'allergo du même service que ce prof pour le suivi de ses allergies.
A partir d'avril tout se passera à l'hôpital pour enfants.

Jessica

Posté par allergie et rgo à 18:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Témoignage de Anne Hélène : allergie aux PLV

PRÉAMBULE

Alors voilà ma petite histoire, enfin notre petite histoire.
Commençons par le commencement, moi, la maman, j'ai 24 ans, toute petite je ne faisais que de vomir puis ensuite je fut très difficile à faire manger jusque vers 7 ans, j'ai des réactions aux colles de pansements, aux acariens et de grosses réaction d'urticaire à la moisissure et à l'humidité. Mon mari ( le papa de nos deux enfants), même tableau, tout petit des vomissements, puis difficile à faire manger et asthmatique.

CHAPITRE 1

Notre Fille Swanne, l'ainée qui a maintenant 22 mois, est sous traitement pour un gros RGO interne avec des périodes externes, depuis ses 2 mois ou elle a totalement refuser de se nourrir ( de téter) du jour au lendemain, suite a une grosse consommation de crème fraîche et autre produit laitier, d'un reflex d’éjection trop fort et de fausses routes à répétitions. J'étais en éviction depuis sa naissance ( intuition??) et j'ai réintroduit progressivement à partir de ses 1 mois. Donc de nouveau éviction stricte. J'étais alors en tire allaitement la journée et en allaitement la nuit ( elle acceptait de téter seulement la nuit, on ne l'explique pas), chaque jour je me battais pour qu'elle avale 3 gorgées de mon lait au bib, j'ai une collection impressionnante de bib et de tétines:) , allongée dans son proclive dans le noir et sans bruit, c’était la seule solution pour parvenir a lui donner 50 ml en une heure. A 3 mois elle fut hospitalisée pour des vomissements et refus total d'alimentation ( même la nuit) , à l’hôpital on m'a fait comprendre que c'était un problème relationnel et de stress de ma part , quand j'ai évoqué l'allergie on m'a rie au nez. Il n'y a pas eu d'examen, rien. On est rentré sans solution, avec un bébé qui mangeait un chouilla  mieux, mon tord étant de m'acharner à l'alimenter et qu'elle ne perde pas assez de poids pour être inquiétante.De là jusqu'à ses 9 mois s'en est suivit une période qui reste assez trouble pour moi, j'étais dans une profonde dépression , ma fille ne dormait quasi pas, prenait 50 ml en une heure, je passais mes journée à tenter de la nourrir, du bib nous somme passé à mon lait épaissit à la cuillère vers ses 5 mois, un ou deux essai de diversification infructueux...elle prenait du poids très doucement donc toujours pas inquiétante pour les multiples médecins que nous avons consulté ( mon tord étant encore une fois de m'acharner, pour le bien de ma fille) à 9 mois, à nouveau hospitalisée, on me sort que je suis trop fusionnelle avec ma fille , que  , je site «  c'est mignon mais va falloir que ça cesse », car oui, elle a 9 mois et je la porte en écharpe ! Je l'allaite encore ( ben oui elle ne prend que ça quasiment ). On en ressort encore une fois sans examen, sans solution, sans suivi ( à part une psy pour moi ) , petit à petit avec beaucoup de patience nous sommes parvenu à lui faire accepter la nourriture, elle ne semble plus régir au plv depuis ces 15 mois, elle a ses périodes alimentaires, nous avons eu 15 jours ou elle ne mangeait QUE du fromage à raclette, puis 15j QUE des madeleines et des chips...On a oublier l’équilibre alimentaire momentanément au profit de la voir apprécier ce qu'elle mangeait, elle n'a eu depuis aucun interdit alimentaire, elle mange à peut prés ce qu'elle veut quand elle veut, ce qui se résume à des pâtes, des yaourts, des compotes, et récemment de la soupe et des haricots ! Nous la soupçonnons encore  fragile au plv , elle a eu une bronchite en juillet dernier et elle a toussé jusqu'en janvier ...comme de l’asthme, on a essayé une éviction, le soucis c'est qu'elle n'aime pas les laits de substitution et ne mangerais rien si l'on continuait...

CHAPITRE 2

Pour notre Fils Gabryel de 3 mois et demi maintenant, par précaution, j'étais en éviction lv, plc, plb et compagnie depuis sa naissance, le sommeil était correct, beaucoup de grosses régurgitation, mais déjà des soucis d'allaitement, toujours ce REF, plus beaucoup trop de lait, mauvaise ouverture de la bouche et Muguet au bout de 15j, nous décidons de le mettre dans le proclive! Les jours passent, réunion de famille, repas avec des plvs très certainement ( malgré mes mises en garde, puis dans la semaine je mange des gâteaux que je croyais sans plv, sauf que la recette avait changé, ils étaient désormais 100% pur beurre ! Pour ses un mois nous arrivons aux urgences, depuis la veille il se vide comme pour une grosse gastro, au bout de 2 jours ils se décident quand même à faire une analyse des selles, pas de trace de gastro, on fini par me dire que c'est sûrement dû au fait que j'ai trop de lait, trop vite ( mais bien sûr), je ne soumet même pas l'idée de l'allergie connaissant parfaitement leur point de vu. Je me bats pour qu'il soit enfin mis sous inexium ! Nous rentrons a la maison des la perf enlevée ( ben oui, c'est l'époque des bronchiolites, faut faire de la place ma p'tite dame ) , une accalmie de 15 jours avec l'inexium, il reprend du poids assez vite, puis commence à refuser l'inexium vers ces 2 mois, on essai le mopral, pas très concluant, on essai sans rien, pas mieux puis je m'aperçois qu'il a les intérieurs des joues très blanches j'en fait pars au doc, mais comme la langue n'est pas blanche ça ne peut être un muguet pour lui. Une semaine après, il refus de plus en plus souvent de téter, seul le petit doigts le calme, entre le muguet ( pas traité ) et le fait qu'il vomisse le traitement pour le RGO c'est la galère , nouveau doc, traitement pour le muguet. Puis il , il refuse catégoriquement de téter, la médecin me dit d’arrêter tous les traitements. Je me renseigne un peu plus sur le muguet et décide de le traiter en nettoyant avec de l'eau bicarbonaté et du gel de polysilane pour le rgo. Pour ses 3 mois, le RGO est toujours bien là , le muguet bien qu'un peu calmé est toujours là aussi . Retour chez le premier doc, qui reconnaît cette fois qu'il y a du muguet, nouveau traitement et également nouveau traitement pour le RGO, L'ogastoro, ENFIN, il se calme, les régurgitations diminue, il dort plus et plus longtemps, il tète mieux même s'il faut encore souvent que je le calme avec le petit doigt pour qu'il accepte le sein ( confusion sein/petit doigt???). Au jour d'aujourd'hui après quelques jours difficiles ( un repas non contrôlé en plv) , le muguet semble parti et l'ogastoro semble bien fonctionner, déjà il le prend...L'histoire n'est pas fini, demain nous allons lire le résultat du dialertest...

A bientôt pour de nouveaux chapitres

Anne-Hélène

PS : Bien-sûr il manque de nombreux détails et péripéties, mais ça serait plus un témoignage mais un roman, déjà que...:)

Posté par allergie et rgo à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les aliments acides à supprimer en cas de R.G.O

Les aliments acides à supprimer en cas de R.G.O

Les personnes atteintes d’ulcères digestifs ou simplement d’irritation gastrique doivent éviter les aliments susceptibles d’augmenter la production acide de l’estomac.
Certains aliments et boissons entraînent le reflux gastrique.

Note : Ne pas confondre aliment acide et aliment à réaction acide (p. ex. : un ananas bien mûr, même si ce fruit est acide dans la bouche, provoquera dans l'estomac une réaction alcaline).

À part les lésions produites par certains médicaments — principalement l’Aspirine et les anti inflammatoires — les deux pires stimulants de la production d’acide chlorhydrique par l’estomac sont :
la cigarette et le café*.

Il s’agit notamment de :

-    Chocolat
-    Menthes verte et poivrée
-    Boissons alcoolisées
-    Aliments gras et frits
-    Oignons
-    Agrumes
-    Aliments épicés

Déconseillé est aussi :
- le pain de blé entier et, de manière générale, tous les aliments contenant de la farine de blé entier.

*Précisons que ce qu’il y a d’irritant dans le café, ce n’est pas la caféine, mais plutôt les huiles volatiles du café. Donc le thé est permis, alors que le café décaféiné est défendu, tout comme le café ordinaire.

Loin derrière eux, viennent les épices (donc les mets italiens, les gommes, les menthes et les boissons du type Coca-Cola).

Plus votre alimentation est fade et insignifiante, meilleure est-elle pour votre estomac.

Mais alors, qu’est-ce qu’on peut manger ?

Tout le reste.

- Les aliments riches en protéines sont très bons pour l’estomac : poissons, viandes (non-poivrées ni cuites sur le charbon de bois), et les produits laitiers (s’ils ne sont pas consommés en quantité excessive).

- Les fruits et les légumes sont en principe neutres pour l’estomac. Ceci étant dit, le jus devraient être dilué de moitié avec de l’eau et le jus de pomme, exceptionnellement, devrait être évité.

- Et les tomates ? Ne sont-elles pas acides ? Oui, mais pas autant que l’estomac. Toutefois, qui dit tomates, dit basilic ou estragon (des épices, donc défendues), Tabasco (défendu), etc.
Les tomates seules pourraient être permises. Mais demeurez à l’affût de votre tolérance personnelle.

Pour les personnes souffrant d'ulcère gastrique, il est bon de savoir que chez une bonne partie des gens qui souffrent d’irritation digestive, la véritable cause est la contrariété retenue (en anglais : repressed anger). Ce n’est pas le stress proprement dit.

Par exemple, ce peut être l’employé victime d’un supérieur hiérarchique autoritaire et tatillon. Ce peut être, au contraire, le cadre aux prises avec un subalterne qui ne respecte pas ses directives pourtant explicites et ce, malgré une multitudes d’avertissements. Ce peut être la mère en conflit d’autorité avec son adolescente. Etc.

Plus la personne placée dans un tel contexte est extérieurement en parfait contrôle d’elle-même, plus — dans son for intérieur — elle aurait le goût d’étriper l’autre personne avec laquelle elle est en conflit, plus cette contrariété retenue fait en sorte qu’elle se mange littéralement l’estomac.

Ici : LISTE DES PRINCIPAUX ALIMENTS À RÉACTIONS ACIDE ET ALCALINE DANS LE CORPS HUMAIN

La nourriture est oxydée lors de la digestion et il y a formation de résidus. Si, dans ces résidus, on retrouve en plus grande quantité les minéraux tels sodium, potassium, calcium et magnésium, on les désigne comme «aliments à réaction alcaline».

Ces aliments ont la propriété de neutraliser les aliments dits à «réaction acide».
Les aliments à réaction acide produisent de l'acide urique, sulfurique, acétique, lactique et phosphorique. Les graines germées produisent des réactions alcalines dans le corps. Une diète bien équilibrée devrait contenir 20 % d'aliments à « réaction acide » et 80 % d'aliments à « réaction alcaline ». L'anxiété, l'insomnie, le surmenage, la suralimentation, la constipation, la diarrhée, ainsi que les problèmes de foie et de reins augmentent le taux d'acidité du corps humain.

La pomme: votre meilleure alliée contre le RGO

Compte tenu de sa richesse, elle est excellente pour la peau et les yeux. Elle fait partie des fruits les plus consommés notamment pour ses vertus nutritives. En outre, les enfants en consomment aisément. Par conséquent, les enfants souffrant du RGO peuvent en prendre sous forme de tranches, compote ou jus. Le vinaigre de cidre est une autre solution efficace. On obtient le vinaigre de cidre en écrasant les pommes et en extrayant le jus. C’est un ingrédient commun dont on dispose presque toujours sur nos étagères. Il existe également sous forme de capsules. Votre médecin peut vous prescrire du vinaigre de cidre. De manière générale, il est consommé en petite quantité. Compte tenu de sa forte teneur en acide, il ne doit pas être consommé en grande quantité.
Le vinaigre de cidre, encore et toujours

Vous pouvez en ajouter à certaines recettes. Il est efficace contre les maladies du sang, les maladies osseuses, les troubles respiratoires, les calculs rénaux, etc.

Le vinaigre de cidre est riche en vitamines et en sels minéraux. Il adoucit la peau. Vous pouvez en fabriquer chez vous. Les capsules peuvent ne pas contenir les mêmes ingrédients que le liquide. Par conséquent, elles peuvent s’avérer inefficaces contre le RGO. Conservez votre vinaigre de cidre hors de portée des rayons de soleil, dans un endroit frais et sec, pas dans un réfrigérateur.

Il est également conseillé aux femmes enceintes, car il débarrasse le corps des toxines. Posologie : une cuillerée à soupe dans de l’eau ou du jus. Ne pas en prendre directement. Deux fois par jour : le matin, 30 minutes avant votre premier repas et le soir, 30 minutes après le dîner. Il est recommandé pour tous les âges.
La pomme/le vinaigre de cidre constitue le meilleur remède maison contre le reflux gastrique.

Sources : http://www.afim.qc.ca/Downloads/Liste_aliments_acides.pdf
http://jpmartel.wordpress.com/2010/07/10/les-aliments-causant-de-l%E2%80%99hyperacidite-de-l%E2%80%99estomac/
http://www.refluxgastrique.net/aliments-acides-estomac-rgo/
http://www.refluxgastrique.net/la-pomme-solution-infaillible-contre-le-rgo/
http://www.refluxgastrique.net/aliments-acides-estomac-rgo/

Posté par allergie et rgo à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2014

RGO et Allergie aux protéines de lait de vache

* Le reflux gastro-œsophagien et l’allergie aux protéines du lait de vache sont relativement fréquents chez les enfants de moins d’un an. Les relations entre ces deux problèmes ont récemment été étudiées, et il semble que plus de la moitié des cas de reflux seraient liés à une allergie aux protéines du lait de vache.

Dans ne nombreux cas, il semble que le reflux est la conséquence d’une telle allergie, et les pédiatres devraient penser à rechercher une allergie aux protéines du lait de vache chez tous les enfants présentant un reflux patent.

A l’exception des enfants qui présentent d’autres signes modérés d’allergie (diarrhée, dermatite, rhinites), les caractéristiques du reflux induit par l’allergie aux protéines du lait de vache sont les mêmes que celles d’un reflux non lié à une telleballergie.

Le monitoring du pH œsophagien et les tests immunologiques pourront faciliter le diagnostic.

Toutefois, la disparition des signes cliniques après éviction des protéines du lait de vache représente le meilleur élément diagnostique.

* Allergie aux protéines du lait de vache chez l’enfant

La prévalence de l’allergie aux protéines du lait de vache (APV) est stable aux alentours de 2%, mais elle peut atteindre 33% chez les enfants de certains groupes à risque, catégorie en constante augmentation. Cet article fait le point sur le sujet.

Le lait de vache est le premier aliment absorbé par le nourrisson, il est donc normal que l’APV soit la première à apparaître.

Elle se manifeste dès le premier mois dans 30% des cas, et dans les 2 mois suivant dans 60% des cas. La clinique la plus souvent observée est le syndrome d’entérocolite allergique : vomissements et diarrhées représentent 50% des manifestations pédiatriques. La diarrhée s’installe progressivement, avec retentissement sur la croissance staturo-pondérale. La biopsie de la muqueuse intestinale révèle l’atrophie villositaire.

L’éviction des protéines du lait de vache induit la disparition des troubles, mais la tolérance au lait de vache est rarement acquise avant 18 à 24 mois. Les coliques du nourrisson peuvent aussi être dues à cette allergie.

Les pleurs disparaissent après éviction du lait de l’alimentation de l’enfant, ou de celle de la mère s’il est allaité.

Le reflux gastro-oesphagien serait lié à une APV dans environ 50% des cas. La gastro-entérite à éosinophiles est diagnostiquée sur la biopsie de la muqueuse gastrique ou duodénale. La constipation opiniâtre est un symptôme récemment décrit ; il semble qu’elle soit liée à une APV dans 68% des constipations rebelles au traitement. Les rectites allergiques se manifestent par des rectorragies.

Tous ces symptômes disparaissent après éviction du lait de vache.

Études :

Allergie aux protéines du lait de vache chez l’enfant
L Guénard-Bilbault, DA Monneter-Vautrin. J Pediatr Puériculture 2003 ;
16 : 36-43. Mots-clés : allergie, lait de vache.

Reflux et allergie au lait de vache
Gastroesophageal reflux and cow milk allergy : is there a link ? S
Salvatore, Y Vandenplas. Pediatrics 2002 ; 110(5) ; 972-84.
Mots-clés : protéines du lait de vache, allergie, vomissements, reflux.

01873260

Posté par allergie et rgo à 18:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


25 février 2014

Recette: barres de céréales au quinoa Sans gluten, PLV, oeuf

Ingrédients

  • 150g de flocons de quinoa
  • 100g de purée de noisettes
  • 120g de miel liquide
  • 160ml de jus de pomme
  • 50g de sirop d’érable
  • 60g d’amandes
  • 40g de pommes déshydratées
  • 1cc de cannelle
  • 1 pincée de sel

       

  • Hachez grossièrement les amandes.
  • Coupez les morceaux de pommes déshydratées en dès. Mettez-les dés de pommes dans un récipient avec le sucre, les flocons de quinoa, les amandes, la cannelle, le sel. Mélangez bien.

  • Humidifiez avec le jus de pommes, laissez reposer.

  • Pendant ce temps dans une casserole mettez le miel liquide, le sirop d’érable et la purée de noisettes. Faites chauffer doucement pour bien homogénéiser.

  • Otez la casserole du feu et versez la préparation avec les flocons de quinoa. Mélangez bien la préparation.

  • Déposez un papier sulfurisé dans un moule rectangle, versez la préparation dedans. Tassez bien à l’aide d’un verre par exemple.

  • Mettez au four 20 minutes thermostat 180°C.

  • Sortez du four, tassez de nouveau et découpez des parts dans les sortir du moule.

  • Laissez refroidir et sortez les barres de céréales du moule.

Posté par punkie à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2014

Le régime sans gluten

Quand on suspecte, on quand on sait qu'il y a une intolérance au gluten, que doit-on retirer de son alimentation?
Qu'a-t-on le droit de manger?

Je vous livre ici les résultats de mes recherches internesques que j'espère complètes.

Pour commencer, qu’est-ce que c’est l'intolérance au gluten ?

L’intolérance au gluten, plus scientifiquement appelée entéropathie au gluten, maladie cœliaque ou hypersensibilité permanente au gluten, est une maladie digestive auto-immune aux origines méconnues.
Elle est déclenchée par le gluten, et plus précisément la gliadine (fraction protéique du gluten) chez les personnes prédisposées génétiquement.

Le système immunitaire d’une personne atteinte par la maladie cœliaque réagit de manière excessive à la gliadine.
La pénétration de cette dernière dans la paroi intestinale provoque une réaction inflammatoire entraînant la destruction des cellules de l’intestin.
Elle se caractérise par une atrophie des villosités (replis de la muqueuse intestinale) qui n’assurent plus leur rôle d’absorption des nutriments, vitamines et minéraux.

Les nutriments non absorbés poursuivent alors leur trajet dans le tube digestif et sont éliminés par les selles.

L’intolérance au gluten peut se manifester à n’importe quel âge.


Cependant 2 pics de fréquence ont été identifiés :
- dans l’enfance, entre 6 mois et 2 ans, après une introduction précoce du gluten lors de la diversification alimentaire
- à l’âge adulte, entre 20 et 40 ans, souvent après la survenue d’un événement particulier dans la vie de la personne

En France, 60 000 personnes sont déclarées intolérantes au gluten, cependant 600 000 seraient atteintes mais non décelées.

Le gluten constitue 80% des protéines contenues dans le blé.
Il se compose en majorité de gliadine et de gluténine.
Il joue un rôle important dans la panification où il permet à la pâte de lever et lui donne une certaine élasticité.

Le gluten se trouve dans les céréales que l’on regroupe sous le nom :
- Seigle
- Avoine
- Blé
- Orge

(Une aide mnémotechnique pour bien retenir : SAPO)

Symptômes de la maladie cœliaque :
Les symptômes sont variés mais les manifestations courantes de la maladie sont des signes digestifs et une malabsorption des aliments.

Chez l’enfant
-  diarrhée chronique alternant parfois avec une constipation
-  douleurs abdominales récurrentes
-  vomissements
-  retard de croissance ou une petite taille
-  retard de puberté
-  anémie
-  manque d’appétit
-  changements d’humeur et une irritabilité
-  fatigue
-  anomalies de l’émail dentaire

Chez l’adulte
-  diarrhée chronique ou une constipation
-  douleurs abdominales, des gaz et des ballonnements
-  perte de poids
-  fatigue et une irritabilité
-  pâleur, en cas d’anémie
-  état dépressif
-  douleurs aux os et aux articulations
-  crampes musculaires
-  infertilité ou une absence de menstruations
-  engourdissements ou douleurs dans les membres
-  éruptions cutanées
-  aphtes ou ulcères dans la bouche

L'intolérance au gluten s'accompagne souvent chez l'adulte d'autres maladies :
-  diabète
-  dermatite herpétiforme
-  insuffisance pancréatique
-  carences immunitaires
-  lambliase (maladie parasitaire)
-  maladies auto-immunes (dysthyroïdies, vascularites, cirrhose biliaire primitive, …)

Complications
Une intolérance au gluten non prise en charge peut se compliquer de :
-  dégénérescence maligne : cancers intestinaux ou de l’œsophage, lymphomes non Hodgkiniens ;
-  ulcérations intestinales ;
-  désordres du système nerveux
-  ostéoporose
-  ostéomalacie
-  hémorragies internes
-  carences nutritionnelles

Diagnostiquer la maladie

Tests sérologiques
Si une maladie cœliaque est suspectée chez un sujet, le médecin prescrit des tests sérologiques afin de rechercher les anticorps qui sont produits au cours de la maladie. Ces tests sont :
-         anticorps antiréticuline de classe IgA
-         anticorps anti-gliadine de classe IgA et IgG
-         anticorps anti-endomysium de classe IgA et IgG,
-         anticorps anti-transglutaminase de classe IgA et IgG

Selon l’HAS (Haute Autorité de Santé), seule la recherche des anticorps anti-endomysium et des anticorps antitransglutaminase a sa place dans le diagnostic de la maladie cœliaque. La recherche des anticorps antiréticuline et antigliadine, dont les performances sont inférieures, n’a plus sa place dans le diagnostic de la maladie cœliaque.

La biopsie de l’intestin grêle
Si les tests sérologiques se révèlent positifs, une biopsie de l’intestin grêle est réalisée pour rechercher une atrophie villositaire.


Le diagnostic est définitivement confirmé après un régime sans gluten, qui entraîne une disparition des symptômes et une régression de l’atrophie des villosités intestinales.

Traitement
Le seul traitement possible de la maladie cœliaque repose sur le suivi strict d’un régime sans gluten à vie.
Il permet le plus souvent de faire disparaître complètement les symptômes, de traiter les carences et de prévenir d’éventuelles complications.

Au bout de 1 à 2 ans de régime, on observe une diminution de l’atrophie des villosités intestinales.

Tous les aliments de consommation courante à base de SABO doivent être bannis.

Voici une liste (non exhaustive)

On doit retirer de son alimentation:
- Blé, orge, avoine, seigle, froment, épeautre et leurs dérivés (amidon, farine, semoule, flocons)
- Pâtes, raviolis, gnocchis,
- Pain, pain de mie, pain complet, biscotte, chapelure, pain d’épices.
- Toutes les pâtisseries commerciales (biscuits salés et sucrés), pâtes à tarte, quiche, pizza, tourtes, pâtés, crêpes, purée en flocons, pommes dauphines, céréales(*).
- Certaines préparations industrielles à base de lait : flans, crèmes, laits gélifiés (*)
- Certains fromages à tartiner.
- Préparation PANÉE, EN BEIGNETS, EN CROUTES,
- Plats cuisinés, pâtés et galantines saucissons secs, cuit à l’ail, salami, cervelas, chorizo, boudin noir et blanc.
- Purée, mousse de foie gras. Farces industrielles
- Quenelles de viandes ou de poissons.
- Figues sèches et autres fruits enrobés de sucre à glacer, pâtes de fruits
- Nougat, dragées, chocolat(*) , poudres chocolatées, sucre glace (*) .
- Beurre allégé, crème allégée, margarine (*).
- Poivre moulu, épices moulues, moutarde (*).
- BIÈRE, panaché, boissons et infusions en poudre.
- Levure chimique (*)
- Les boissons alcoolisées obtenues à partir de malt (ou dérivées du blé, de l’orge ou du seigle) comme le gin, la vodka, le whisky et le scotch sont potentiellement nocifs.
Bien que la distillation semble éliminer en grande partie le gluten, les médecins recommandent d’éviter ces boissons par mesure de précaution.

- Attention à certains rouges à lèvres, qui peuvent contenir des traces de gluten.


- On trouve également le gluten dans de nombreux autres aliments sous diverses formes.

Seule une lecture très approfondie des étiquettes permet de les repérer.


Ainsi les aliments ayant sur leurs étiquettes les mentions suivantes contiennent du gluten :
-         amidon issu des céréales interdites ou amidon sans autres précisions
-         matières amylacées
-         amidon modifié sans autres précisions
-         protéines végétales
-         liant protéinique végétal
-         malt ou extrait de malt
-         épaississant dont la dénomination E est suivie de 4 chiffres (car on n’en connaît pas la composition)

(*) Produit pouvant contenir de la farine de blé, bien lire l’étiquette à chaque paquet acheté.

Que peut-on manger?
- Les viandes grillées.
- Les légumes frais.
- Les légumes secs.
- Les fruits.
- Le poisson.
- Les œufs.
- Le lait.
- Le mais.
- Le riz.
- Le sarrasin.
- La pomme de terre.
- Le soja.

En revanche, le gluten peut être remplacé par les produits suivants et leurs dérivés :
- riz
- maïs
- pomme de terre
- tapioca
- soja
- pois chiches
- sarrasin
- quinoa
- millet
- légumes secs

Les aliments qui ont sur leur étiquette les mentions suivantes ne contiennent pas de gluten :
-         amidon issu des céréales autorisées
-         arôme de malt
-         fécule
-         dextrine
-         glucose
-         épaississants (caroube, gomme de xanthane)
-         glutamate
-         gélatine
-         lécithine
-         agents de texture (alginates, carraghénane)
-         tous les additifs notés E suivi de 3 chiffres

Il existe de nombreux produits étiquetés sans gluten.
Ils portent sur leurs étiquettes un épi de blé barré dans un rond.
Ces produits sont disponibles dans les magasins diététiques, par correspondance ou dans les grandes surfaces, où ils côtoient des produits de consommation courante.

Voici la liste des fabricants de produits sans gluten :
-         Arts des mets
-         Biscuiterie de Provence
-         Bouillet
-         Carrefour
-         Casino
-         DS Surgelés
-         Fortivia
-         Gerblé
-         Gluten-Zen
-         Lactalis - Valpiform’- Allergo
-         Le Pain des Fleurs
-         Léa Nature – Karéléa
-         Les recettes de Céliane
-         Ma vie sans gluten
-         Markal
-         Marlette
-         Millbäker
-         Nature et Compagnie
-         Probios
-         Proceli
-         Roldi
-         Schär
-         Soreda Diet – Glutabye
-         Révola

Les produits sans gluten sont pris en charge par la sécurité sociale jusqu’à un certain plafond lorsqu’ils font l’objet d’une prescription médicale.

Voir cet article : Remboursement par la sécurité sociale des produits sans Gluten

Depuis juillet 2008, le CODEX Alimentarius a officialisé de nouvelles normes suite aux recommandations de l’AFDIAG :
-         les aliments pouvant naturellement être utilisés dans un régime sans gluten peuvent comporter une mention « naturellement sans gluten » sur les emballages
-         les ingrédients qui ne contiennent pas de blé, orge, seigle, avoine et ceux issus de ces 4 céréales qui ont été traités pour retirer le gluten, permettent aux produits fabriqués de porter la mention « sans gluten » si ces derniers possèdent une teneur en gluten inférieure à 20 ppm
-         les ingrédients qui ne contiennent pas de blé, orge, seigle, avoine et ceux issus de ces 4 céréales qui ont été traités pour retirer le gluten permettent aux produits fabriqués de porter la mention « pauvre en gluten » si ces derniers possèdent une teneur en gluten comprise entre 20 et 100 ppm.

Il faut contrôler l'efficacité du régime et le bon suivi par l'observation de l'amélioration clinique et biologique après un à trois mois de régime, par la régression des anomalies à la biopsie (atrophie villositaire) et la négativation des anticorps spécifiques après un an de régime.

Il faut aussi surveiller la disparition des symptômes qui avaient orienté le diagnostic (problèmes osseux…).

Bonnes sources sans gluten
- Fer : Palourdes, foie, huîtres, haricots (soya, blancs, rouges), lentilles
- Folate (vitamine B9) : Abats de volailles, foie, légumineuses, épinards, asperges, graines de lin, haricots de soya
- Thiamine (vitamine B1) : Longe de porc, noix du Brésil, haricots noirs, jambon maigre, œuf, saumon
- Calcium : Tofu avec sulfate de calcium, fromage emmenthal, boissons de soya (sans gluten), fromages à pâte dure, lait de chèvre, lait de vache, sardines, yogourt
- Vitamine A : Abats de volailles, foie, patates douces, citrouilles, carottes, épinard, chou cavalier
- Vitamine D : Saumon, thon rouge, huître, hareng, champignons shiitake séchés, jaune d’œuf, lait, boisson de soya (sans gluten)
- Vitamine E : Amandes nature, graines de tournesol nature, noisettes nature, huile de tournesol, huile de canola (colza), boissons de soya (sans gluten)
- Vitamine K : Chou cavalier, épinard, bette à carde, choux de Bruxelles, algues nori, brocoli, cresson, feuillage vert foncé

Il est fortement recommandé aux personnes souffrant d’intolérance au gluten de rejoindre une association ou une fondation à but non lucratif afin d’être constamment informé sur les aliments et ingrédients à éviter et sur leurs solutions de rechange. La plupart de ces organismes proposent des recettes sans gluten ainsi que des listes de restaurateurs et d’épiceries où l’on peut retrouver des aliments sans gluten.

Associations en France
- Association française des intolérants au gluten
www.afdiag.org

- Groupe d’Étude et de Recherche sur la Maladie Cœliaque
www.maladiecoeliaque.com

Je rajouterais que j'ai vu que dans le cas de l'éviction du gluten, il est préférable au début de supprimer les PLV, car souvent ces deux intolérances sont liées.
En effet, les intestins sont très abimés par l'intolérance au gluten et ils ne supportent plus rien.
Quand les symptômes disparaitront, on pourra alors réintroduire les PLv pour voir s'il s'agit d'une intolérance passagère ou non.

NB: Dans le cadre d'une éviction de gluten ET de lait, on ne consommera bien sur pas de lait, ni de soja.

Sources:
http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/961-aliments-contenant-du-gluten
http://www.cicbaa.org/pages_fr/regimes/ble.html
http://maviesansgluten.over-blog.com/article-tests-et-mise-en-place-du-regime-sans-gluten-63649897.html
http://www.rebelle-sante.com/sites/default/files/34-39%20Gluten%20BS127.pdf
http://www.parisdietetique.fr/l-intol%C3%A9rance-au-gluten/

l-intolerance-au-gluten-effet-de-mode-ou-question-de-sante-publique

Posté par punkie à 08:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2014

Remplacer les oeufs dans les recettes sucrées / salées

Je voulais vous écrire un article, et puis, quelqu'un l'a déjà fait, beaucoup mieux que tout ce que j'aurais pu faire.
Je vous livre donc "son oeuvre", que j'ai trouvé ici

Remplacer les œufs dans les recettes est de loin la plus grande difficulté lorsque l’on passe au vert. Et c’est là sans doute l’une des principales raisons qui rebutent certaines personnes à franchir le pas.

Alors si comme eux vous ne savez pas comment faire. Si vos desserts ne ressemblent à rien, que vos cakes s’effondrent tel un château de cartes ; que vous salivez devant un tiramisu ou bien encore devant un éclair. Sachez qu’il existe plusieurs astuces pour que vos tartes, tourtes, petits gâteaux et autres desserts ressemblent à s’en méprendre à ceux que vous aviez l’habitude d’admirer et de déguster dans un salon de thé… Si ce n’est meilleur !

Il existe différentes alternatives aux œufs. Car même s’ils ont différentes fonctions à eux seuls, les alternatives elles, ne peuvent pas se combiner en une seule et même méthode.

Voici donc les différentes manières pour remplacer le jaune, le blanc ou l’œuf tout entier.

Remplacement pour un œuf :

Combinaison vinaigre de cidre et lait végétal

L’ajout du vinaigre de cidre dans du lait végétal permet au lait de cailler et de s’épaissir tout comme un œuf l’aurait fait.

Les mesures diffèrent en fonction de la recette que vous voulez réaliser. Que cela soit des simples muffins et cupcakes ou un gâteau, vous n’aurez pas besoin des mêmes quantités. Mais pour avoir un petit aperçu, sachez qu’il faut une cuillère à café de vinaigre de cidre pour 85 ml de lait végétal ou une cuillère à soupe de vinaigre de cidre pour 180 ml de lait végétal. Cette technique permet au gâteau de gonfler et de rendre son intérieur moelleux.

Combinaison vinaigre de cidre et poudre à lever

La combinaison entre ces deux ingrédients apporte de la légèreté à vos préparations.

Mélangez une cuillère à soupe de vinaigre et une cuillère à café de poudre à lever avant de l’incorporer dans votre recette.

Combinaison poudre à lever, huile et eau

Une autre alternative aux œufs est possible. Il faut pour cela mélanger deux cuillères à soupe d’eau et une cuillère à soupe d’huile, puis ajouter une cuillère à café de poudre à lever et mélanger le tout avant de l’ajouter à votre préparation.

Combinaison graines de lin et eau

Les graines de lin mélangées à de l’eau donne un aspect gélatineux, très ressemblant à celui d’un blanc d’œuf. Il suffit pour cela de mixer 5 g de graines de lin, puis de le mélanger à 15 ml d’eau.

Ce remplacement marche très bien dans les pancakes, les muffins et les cookies.

Rappelons également que les graines de lin sont très riches en oméga 3, ce qui est un avantage en plus dans un régime végétarien.

Combinaison purée de fruits et poudre à lever

Les fruits sont une excellente alternative aux œufs : banane, purée de pommes ou tout autre fruit contenant de la pectine.

Une demi banane mixée ou 60 ml de purée de pommes remplacera l’équivalent d’un œuf. La purée de pommes se trouve être la meilleure alternative pour réaliser une délicieuse mousse au chocolat !

Attention cependant, car chaque fruit apportera sa propre saveur à la préparation. Prenez donc cela en compte lorsque vous décidez de réaliser un dessert. Sachez également qu’il faut rajouter une cuillère à café de poudre à lever si vous ne voulez pas que votre dessert soit trop lourd.

L’alternative des fruits est une très bonne alternative pour apporter différentes saveurs à des muffins ou gâteaux. N’hésitez pas à combiner différents fruits entre eux !

Combinaison agar-agar et eau

L’agar-agar est un excellent substitut pour gélifier un flan sucré ou salé. Pour cela, il vous suffit de délayer 2g d’agar-agar avec un peu de lait végétal, y ajouter 600 à 800 ml de lait végétal ainsi que les autres ingrédients salés ou sucrés, porter à ébullition et laisser bouillir quatre à six minutes tout en mélangeant continuellement. Verser le tout dans un moule à tarte et laisser prendre la préparation quatre heures au réfrigérateur.

Combinaison fécule de pommes de terre, fécule de maïs, fécule de tapioca, arrow-root et lait végétal

La purée de pommes de terre ou de potimarron, le concentré de tomates ou encore les flocons d’avoine sont souvent utilisés comme substitut aux œufs. Tout comme les fécules de pommes de terre, de maïs et de tapioca, ils apportent de la tenue à vos préparations.

La fécule de pommes de terre, de maïs et de tapioca sont très souvent utilisées pour les recettes salées pour réaliser des quiches ou des tourtes. Elles permettent à la préparation de tenir.

L’arrow-root est beaucoup plus utilisé pour les versions sucrées où tout comme la fécule de pommes de terre et de maïs, elle épaissit la préparation.

Comptez 10 g de fécule pour 150 à 250 ml de lait végétal. Chaque recette étant différente, je ne vous donne ici qu’une approximation.

Combinaison farine de soja ou farine de tapioca ou crème de riz et eau

Ces farines peuvent tout à fait remplacer les fécules dans les mêmes proportions. Un oeuf équivaut à une cuillère à café de farine mélangée à trois cuillères à café d’eau.

Utilisation du tofu ferme

Le tofu ferme est un ingrédient fabuleux. Car tout comme le tofu soyeux, il prendra la saveur des ingrédients dans lequel vous le rajouterez. Vous pouvez grâce à lui réaliser de délicieuses quiches tout comme laQuiche « Mon amour »

Utilisation du tofu soyeux

Tout comme le tofu ferme, le tofu soyeux prendra la saveur des ingrédients dans lequel vous le rajouterez. Cependant, il est beaucoup plus utilisé dans les desserts comme dans les cakes, les cookies ou encore les muffins, où il apporte du moelleux aux préparations. Contrairement au tofu ferme, le tofu soyeux est d’une consistance moelleuse et crémeuse. Vous pourrez en trouver dans tous les magasins bios sous la marque Taifun ou bien dans les épiceries asiatiques sous le nom anglophone de « Silken Tofu ». Vous pouvez le garder facilement un mois dans votre réfrigérateur.

Pour remplacer un œuf dans une préparation, il vous faudra 60 g de tofu soyeux que vous mixerez dans un blender ou un mixeur avant de le rajouter à tout autre ingrédient. La plupart du temps, il est ajouté en tout dernier dans les préparations. Si par exemple, il vous faut remplacer trois œufs, sachez que la plupart du temps, il n’est nécessaire que d’en utiliser que deux. De même que cinq œufs peuvent très bien être remplacés par trois.

Utilisation du yaourt au soja

Pour le yaourt au soja, il est préférable d’utiliser un pot dont la consistance sera bien ferme et dense. Pour cela, deux marques méritent d’être mentionnées. Il s’agit de la marque Provamel – qui est pour moi sans doute l’une des meilleures marques actuellement sur le marché – et la marque Sojasun. Vous trouverez la première en magasin bio et la deuxième dans toutes grandes surfaces.

Son utilisation permet d’ajouter du moelleux et de la consistance à vos préparations. Un œuf équivaut à 60 ml de yaourt au soja.

Utilisation de la purée de potimarron, de pommes de terre ou de concentré de tomates

La purée de potimarron et de pommes de terre sont idéales pour réaliser des pains et gâteaux moelleux et épais. Rappelons que le potimarron peut tout aussi bien se consommer en version sucrée.

Utilisation de l’Ener-G Egg Replacer

La dernière alternative est sans nul doute le très célèbre Ener-G que l’on peut commander sur Internet. Bien qu’il soit une très bonne alternative au remplacement des œufs, il n’en reste pas moins que les autres alternatives marcheront tout aussi bien sans devoir utiliser un produit en poudre tout préparé. Une cuillère à café et demie mélangée à une cuillère à soupe d’eau équivaut à un œuf. Je l’ai notamment utilisé pour les beignets de Carnaval.

Une boîte permet de remplacer une centaine d’oeufs et peut se conserver deux ans.

Sans aucune alternative

Il est également possible de réaliser des desserts sans alternative aux œufs. Tous les desserts ne requérant que l’utilisation d’un œuf ou deux tiennent tout à fait bien sans aucune alternative. Il faut simplement rajouter un peu de liquide à la préparation (une à deux cuillères à café de lait végétal ou d’eau) pour faire oublier l’absence d’œufs.

Pour les gâteaux vegan sans gluten :

Les gâteaux sans gluten utilisant des farines beaucoup plus difficiles à lever, il faut y ajouter une grosse pincée de bicarbonate de soude, une cuillère à café de poudre à lever et une cuillère à café de vinaigre de cidre ou de jus de citron. Les gâteaux sans gluten se révèlent être beaucoup plus digestes que ceux avec de la farine de blé, ne pas oublier de couper votre farine sans gluten avec de la farine de riz pour qu’elle puisse tenir.

Après avoir fait le tour des substitutions aux oeufs, voici les alternatives pour les recettes à base d’oeufs. En d’autres termes, celles qui semblent irréalisables en cuisine telles que les omelettes, les oeufs brouillés, les oeufs en neige ou encore les îles flottantes ! Toutes les recettes qu’en près de deux ans, j’ai réalisé afin de vous démontrer qu’il était possible de contourner le jaune et le blanc.

Alternatives pour les recettes à base d’œufs :

Pour faire dorer les pâtisseries, galettes et tourtes :

Il suffit pour cela de badigeonner de lait végétal votre gâteau avant cuisson, puis de le recouvrir de papier sulfurisé. Lorsque le gâteau est cuit, badigeonner de purée de fruits pour apporter au gâteau du brillant comme en boulangerie. Le meilleur exemple étant la galette des rois et la couronne briochée.

Omelette

« On ne fait pas une omelette sans casser des oeufs ! » Eh ! Bien ! Si ! Et en plus, pas besoin de casser quoique ce soit. Les omelettes sans oeufs sont possibles. Pour cela, la farine de pois chiches est l’idéal. Vous pouvez bien évidemment y rajouter tous les ingrédients qui vous tombent sous la main : légumes, tofu, légumes secs, épices… L’imagination ne manque pas ! Je vous rappelle que je vous en avais déjà présenté une avec la piperade basque.

Œufs brouillés

Les oeufs brouillés sont une spécialité britannique. Le petit déjeuner anglo-saxon ne pourrait se passer de ce privilège. Et si tout comme moi, vous appréciez son goût, le tofu ferme émietté mélangé à des épices vous apportera tout autant la même satisfaction que si vous dégustiez de réels oeufs brouillés. Vous pouvez vous inspirer de la recette que j’avais faite avec du tofu brouillé aux herbes.

Œufs en neige

Aaaahh! Les fameux blancs en neige ! Une autre technique que l’on pense insurmontable sans la présence des oeufs. Et pourtant, les chefs vegan Outre-Atlantique avaient d’ores-et-déjà trouvé une solution imparable : les noix de cajou mixées avec du lait de coco ou du lait d’amande. Une technique dont je ne pourrais jamais me lasser quant il s’agit de réaliser un tiramisu végétal ! Une technique plus qu’approuvée, qui ravit à chaque fois mes invités !

L’autre technique consiste à utiliser de l’agar-agar. Une cuillère à soupe diluée avec une cuillère à soupe d’eau équivalent à un blanc. Mélanger énergiquement laisser poser, puis mélanger de nouveau avant de l’incorporer dans votre préparation. Cependant, cette technique ne marchera pas avec un tiramisu.

Iles flottantes

Les îles flottantes sont sans doute la plus grande difficulté pour remplacer les oeufs. Mais avec un peu de persévérance, il est possible de parvenir à un résultat assez satisfaisant avec du tofu ferme émietté et de l’agar-agar. Pour la recette, je vous invite à lire ma recette sur les icebergs flottants en disparition.

Crème anglaise

Une crème anglaise semble irréalisable sans oeufs. Pourtant, un anglais du nom de Alfred Bird l’a réalisée en 1837 alors que sa femme était allergique. Ainsi est née la très célèbre Bird’s Custard Powder que  l’on peut trouver dans les épiceries britanniques ou indiennes en capitale. Pour l’utiliser, rien de plus facile ! Il suffit de mélanger deux cuillères à soupe de custard powder et une à deux cuillères à soupe de sirop d’agave jusqu’à obtention d’une pâte bien onctueuse. Porter à ébullition 500 ml de lait végétal, ajouter la pâte de Custard Powder, puis mélanger continuellement jusqu’à ce que la crème s’épaississe. Vous pouvez ainsi voir le résultat avec les icebergs flottants en disparition. Si vous ne pouvez pas vous procurer de Bird’s Custard Powder, la poudre impériale est également une bonne alternative.

Voici donc la plupart des alternatives aux oeufs. Vous n’avez donc plus aucune excuse de ne pouvoir réaliser des pâtisseries, tourtes ou quiches sans eux !

Sandrine du blog Végébon vient également de publier un article sur les raisons de consommer des oeufs. N’hésitez pas à aller le consulter !

Posté par punkie à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

L'allergie : de souffrance et d'amour

Bien plus que physique, l'allergie qui fait tant souffrir nos enfants, nous fait souffrir moralement.
Qu'on allaite ou non, il y a une grande part de culpabilité.
Un combat au quotidien : dans un premier temps trouver l'allergie et dans un second temps, la faire reconnaître par les professionnels, mais aussi les proches.
Souvent taxé de parano, de fou...au début, personne ne nous croit, dans la majorité des cas que je rencontre.
On préfère donnait des tas de traitements pour venir à bout d'un R.G.O par exemple, plutôt que de parler d'une piste de l'allergie.

Le casse tête d'une l'allergie !

Je parle là de mon vécu, mais aussi de celui des mamans qui ont croisé mon chemin, mon parcours.
La naissance d'un enfant est toujours une grande joie, mais pas que...
C'est aussi son lot de soucis, de questionnements, de doutes, de peurs, de craintes de ne pas y arriver.
C'est aussi de la fatigue physique, ces jours, ces semaines, ces mois voire ses années de sommeil haché, perturbé par l'arrivé d'un enfant...
S'ajoute à cela les remarques de la voisine, de la belle-sœur, du copain de l'ami du frère, du grand-père, de la tante du médecin de un tel, du pédiatre, du fils de cousin....bref vous comprenez où je veux en venir ?
Tous les "conseils" qu'on essaie de nous donner, parce que c'est le premier, parce que c'est le second mais on croit qu'on ne sait toujours pas gérer, parce que c'est le troisième ou le cinquième et qu'on a l'air dépassé.
Bref tous les prétextes sont bon pour culpabiliser une jeune (ou non) maman.
La fragilité de la maternité permet aux gens, et même aux professionnels, de faire douter la maman sur son intuition, son 6ème sens, son amour, sa capacité à comprendre son enfant : en gros sa confiance en elle.

Ce que j'ai le plus entendu :
- c'est pas la mort, 1 enfant sur 3 souffrent de R.G.O
- c'est ton lait qui doit pas être assez bon, elle tète trop souvent
- c'est les 90 jours de colique, ça passera
- mais pourquoi tu veux qu'elle est quelque chose qui cloche ? Tu cherches le mal par tout
- mais non elle est en pleine forme
- un bébé ça pleure, c'est normal
- c'est parce que tu l'allaites qu'elle ne dort pas
- tu es trop fusionnelle avec elle
- tu ne sors pas assez dehors, ça ne la fatigue pas
- sors, bouge, ça va la crever et elle fera ses nuits
- met des farines dans ton lait le soir, ça la calera pour faire sa nuit

Chaque jour j'avais mon petit conseil quotidien.
Et encore, je ne cite pas les belles perles de mon ex-pédiatre (voir un autre article du Blog) comme "épaissir le lait" ou "espacer les tétées".

J'étais heureuse d'avoir ma fille, et pourtant, cet amour était en train de me faire sombrer.


Même mon mari était prêt à se dire "c'est un bébé difficile, il faut faire avec".
J'étais donc seule à croire, à sentir au plus profond de mon être de maman, qu'il y avait quelque chose qui n'était pas "normal".
Oui un bébé ça pleure, mais pourquoi autant ? Pourquoi associé à un R.G.O, à des selles pas très jolies ? A des troubles du sommeil ?
Quand j'allais dans la salle d'attente de ma sage-femme pour la rééducation du périnée, et que je voyais des prospectus en disant "bébé doit dormir entre 18h et 20h par jour de 0 à 1 mois" je devenais folle.
Je pleurais en silence, en me disant que je faisais mal, que j'étais une mauvaise mère.
Je n'arrivais à appliquer aucun conseil des proches et professionnels, car j'avais la conviction profonde que ce n'était pas ça qui clochait.
C'était la descente aux enfers, je n'arrivais plus à me faire confiance, pensant même à des moments que ma fille ne m'aimait pas et qu'elle le faisait exprès.
Tout le monde y allait aussi pour me faire culpabiliser "elle le sent ta fille que tu vas pas bien, ce sont des éponges les enfants".


Et un jour, je tombe sur des témoignages de mamans, dans le même cas que moi, et qui me croient, qui vont dans mon sens, qui pensent que le soucis peut venir d'autre chose, que "NON je ne fais rien de mal, que OUI j'étais une bonne mère".
Et je découvre l' "allergie aux protéines de lait de vache".

Au début c'est sans y croire, car j'étais bien amochée niveau confiance en moi.
Mais rien ne pouvait être pire que ce que je vivais déjà.
Alors j'ai commencé une éviction stricte le 18 février 2013, suite à une Saint Valentin bien gâtée niveau P.L.V, lait, beurre et fromage, les jours suivants ont été horribles.

Un régime d'éviction ce n'est pas de tout repos. Et le regard/paroles des autres ?
- mais tu y crois ?
- ça changera rien, le lait c'est bon pour la santé !
- tu n'es pas frustré ?
- moi je pourrais pas, j'aime trop le Nutella, je sais pas comment tu fais !
- tu te prives alors que tu peux arrêter l'allaitement !
- tu es trop têtue, tu te prends la tête pour rien... *yeux qui roulent*

Et puis le pédiatre :
- les protéines de lait de vache ne passent pas dans le lait maternel
- elle est peut-être à la rigueur allergique à votre lait
- bon pourquoi pas, essayez de ne plus donner votre lait pendant 48h, de passer aux laits végétaux, vous verrez s'il y a une différence (ou comme mettre en péril l'allaitement)
- tentez un bout de fromage ou un yaourt (elle avait 5 mois)

Et le miracle s’accomplit au bout de 11 jours de régime :
- moins de pleurs (Que ça fait du bien au moral et aux oreilles)
- moins de colique (Fini le Débridat, les bouillottes et les massages qui ne servaient à rien, si ce n'est à se dire qu'on faisait tout pour aider notre enfant)
- plus d'heures de sommeil, on est passé de 4h/24h à 6h, puis 8h, puis 10h... (enfin du repos, de la récupération physique et morale)
- des siestes dans son lit, plutôt que dans les bras (Youpiiiii j'ai les mains libres)
- enfin je pouvais la poser dans son transat (Youpiiiii je peux prendre une douche bien chaude, avec mini-moi dans la salle de bain qui gazouille en regardant maman faire son shampoing et qui dit mieux : un après shampoing !!)
- les tétées qui s'espacent d'elles-même, on passe de 18/24h à 15 puis à 10 puis à 8 (rolalala mais que vais-je faire de tout ce temps libre ?)

Au bout de 1 mois j'étais convaincu, mon mari était convaincu et quelques proches aussi du lien entre P.L.V et tous les symptômes de ma fille.
- fini le R.G.O
- fini les pleurs
- des nuits de 8/9h, des siestes de 45min/1h
Ma fille avait 4 mois.

La fatigue accumulée était telle que j'avais du mal à profiter tout de même de cette victoire.
J'avais la reconnaissance de certains, je sentais quelque chose en moi qui s'étouffait, une sorte de rage, pour laisser place à la confiance, l'apaisement intérieur.

Mais à 4 mois et demi, je devais reprendre le boulot.
Des réveils à 5h du matin. Du tire-allaitement. Des doutes. Du découragement. Des peurs. Et toujours cette put*** de fatigue, et ce moral à zéro.
Et puis je découvre le soutien des mamans (merci Internet, on peut en dire du mal, mais dans ces moments là, moi j'en dis que du bien), et je me sens pousser des ailes.
Je me lève tous les matins à 5h pour tirer mon lait, pour que ma fille en bénéficie en mon absence.
Pas envie de perdre tout le bénéfice de ce combat en donnant des laits végétaux.
Et finalement j'y arrive, OUI j'arrive à gérer le boulot, le tire-lait, la fatigue.
Des remarques, j'en ai, j'en aurais toujours, mais je ne cède pas, et je continue mon régime d'éviction.
L'allaitement a été pour moi ce lien unique et salvateur de la relation avec ma fille.
Sans lui, je ne sais pas comment j'aurais pu supporter cette souffrance, comment j'aurais pu gérer les pleurs.
L'allaitement et mon mari ont sauvé ma condition de mère.
Je suis raide dingue de ma fille et de cette relation qu'on entretient chaque jour, persuadée que c'est elle qui m'a appris à être maman, et qui m'a montré qu'on pouvait mutuellement se faire confiance.


J'ai un sentiment de plénitude au quotidien, et :
- oui je continue d'allaiter
- oui je continue mon régime
- oui c'est pas tous les jours facile
- non ce n'est pas "une chance" que ma fille a de boire mon lait, c'est une organisation au quotidien, c'est du courage, c'est une volonté de ma part, et un soupçon de fierté.
- non ce n'est pas plus fatiguant d'allaiter, que de faire du sang
- oui j'aime raconter mon histoire, parce que c'est les histoires d'autres mamans qui m'ont amené ici
- oui elle a 15 mois, je travaille, je sors, je m'amuse, je cuisine, je m'éclate, et j'allaite encore !

Et j'ai même du temps pour faire un Blog et gérer avec une autre maman un groupe Facebook

Tous ces mois de combat, mais pas pour rien :
Quand on trouve enfin la raison de la souffrance de nos tout petits, la satisfaction est petite face au soulagement que l'on ressent.
Une victoire à l'échelle humain, intime.
Une victoire pour la confiance en soi.

Une envie de faire un Blog, pour aider les mamans, parents qui se posent des questions, qui se fatiguent eux aussi à trouver les souffrances de leur enfants.

Extrait de La Leche League : Allergie et Allaitement :

Sentiments de la maman
Apprendre qu’en poursuivant l’allaitement, avec dans un premier temps un régime d’éviction pour elle, puis un élargissement de ce régime, va vraisemblablement permettre à l’enfant de devenir tolérant, est un grand soulagement pour les mamans. En effet, les mères d’enfants allergiques passent pas des périodes très difficiles. Lors d’une réunion LLL sur le thème des allergies, les mères ont exprimé combien elles s’étaient senties coupables de cette allergie surtout quand elle s’exprime via leur lait maternel, quelle déception d’en découvrir le mécanisme, quelle galère avant le diagnostic et pour appliquer le régime d’exclusion en particulier en dehors de chez elle. Le diagnostic permet de se dire « je ne suis pas folle ni parano » mais l’incompréhension de l’entourage, les difficultés dans les échanges avec le monde médical peut conduire à la dépression. Elles pointent le manque de reconnaissance de leurs inquiétudes, de leurs intuitions et il en faut de la persévérance pour être entendu.

Quand la situation s’améliore, elles reconnaissent qu’avoir traversé ces turbulences leur a donné une assurance, une confiance en elle mais elles aimeraient que la maxime « c’est la mère qui connait le mieux son bébé et qui a, à priori, raison » soit connue de tous. 

Ce qui aide
- S’informer, s’informer, et encore s’informer. En cas de suspicion d’allergie chez un enfant allaité
- faire effectuer des tests tôt dans la vie et les répéter,
- chercher et trouver un médecin allergologue ouvert au dialogue avec les parents,
- suivre un régime d’éviction et demander l’aide d’une diététicienne spécialisée dans les évictions pour soi même et pour l’enfant
- faire prescrire un traitement contre les reflux gastro-œsophagiens extériorisés ou non si besoin,
- se rapprocher de parents ayant traversé les mêmes épreuves.
- (......)

Je reste persuadée qu'il faut se rapprocher de groupe de soutien, pour ne pas se sentir exclu, perdu dans l'allergie alimentaire.
Surtout au niveau des recettes de cuisine, des produits que l'ont peut manger ou pas.
Trouver un bon pédiatre, allergologue qui saura écouter les parents, quitte à courir tous les professionnels de la ville et des alentours.
J'ai eu la chance de changer de pédiatre qu'1 seule fois, mais je connais des mamans qui sont passés par une demi-douzaine de médecin avant de trouver "le bon".
La CON-FIAN-CE en soi, en notre rôle de maman, c'est l'arme la plus efficace !

Quand ma fille a eu 11 mois, nous avons fait une prise de sang.
Et en réceptionnant les résultats, qui étaient positifs, j'en ai pleuré.
Pas des larmes de tristesse, mais de soulagement et de joie (non pas que j'étais contente pour ma fille)
Mais c'est plutôt que j'avais enfin "la preuve" sur un papier, sur un bilan que pendant ces 7 derniers mois d'éviction, je n'étais pas "folle ou parano".
Je ne suis pas retournée voir mon  ex-pédiatre, mais ça m'aurait fait du bien aussi de pouvoir lui dire "Na !".

Aujourd'hui je me sens légère et convaincu que cet instinct de maman ne m'a jamais quitté, même dans l'épuisement le plus total.

« La confiance en soi est le premier secret du succès. » de Ralph Waldo Emerson

« Faites confiance à votre instinct. Il vaut mieux que les erreurs soient les vôtres, plutôt que celles de quelqu'un d'autre. » de Billy Wilder

Des livres :

- La fatigue émotionnelle et physique des mères : Le burn-out maternel de Violaine Gueritault

- Mère épuisée de Stéphanie Allelou

809163_ZO2SJBY6EYHI4OVUINTIB5YICA82P8_561297-497456746938141-2025604136-n_H205950_L

Posté par allergie et rgo à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 février 2014

Recette : Cookies pépites de chocolat SANS plv AVEC oeuf et gluten

A peine sortent-ils du four, qu'ils disparaissent !

Un vrai régal !

Ingrédients :
- Cassonade : 150g
- Chocolat noir : 100g
- Farine de blé : 250g
- Huile de tournesol : 100g
- Lait d'amande (ou de noisette) : 4 cuillères à soupe
- Poudre d'amande (ou de noisette) : 25 g (ou 3 cuillères à soupe de beurre de cacahouète)
- Levure chimique : 5g
- Oeufs : 1
- Sel : 1 pincée
- Sucre vanillé : 1 sachet


Détails de la recette Cookies pépites de chocolat :

Avec Companion :

1) Mettre tous les ingrédients (sauf le chocolat) dans le bol muni du couteau pétrir/concasser, vitesse 8 pendant 1m30min
3) Puis rajouter le chocolat et relancer pour 30 sec (ça évite que le cookie soit tout chocolat)
2) A l'aide d'une cuillère, disposez des petits tas de pâte sur la plaque, muni d'une feuille de cuisson en espaçant régulièrement.
3) Enfourner 15min à 180° (chaleur tournante si possible)

Sans Robot :
- Battre l'oeuf avec le sachet de sucre vanillé et 50g de cassonade. Ajouter l'huile et le lait d'amande.
- Dans un grand bol, mélanger la farine, la levure, les 100g restant de cassonade et le sel.
Ajouter le mélange précédent et mélanger avec une spatule en bois ou directement avec vos mains si cela devient trop difficile à la spatule.
- Ajouter les pépites de chocolat. (Pour réaliser des pépites de chocolat, il vous suffit de découper vos carreaux de chocolat en 4 ou 8 avec un couteau très solide)
- Répartir des petites boules de pâtes que vous écrasez un peu sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
- Enfourner 15 minutes à 180°C au four traditionnel.

Source : inspiré de Recette sans PLV (voir la recette originale)

Fourné cookies2petits

Posté par allergie et rgo à 08:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :